Archives

now browsing by author

 

Quelles sont les différences entre Robotique et Cobotique ? 

Le secteur de  la production industrielle est sujet à bien des mésententes autour de l’innovation. En effet, la technologie évolue si rapidement que les capitaines d’industrie peinent à en comprendre tous les concepts. Parmi ceux là existe la cobotique, souvent confondue avec sa cousine la robotique. En effet, les entreprises prêtes à investir dans l’achat d’un robot ont souvent des idées fausses sur la technologie qu’elles veulent mettre en œuvre. Quelle est la différence en Robot vs Cobot ?

Robot vs Cobot : différences et similitudes

Illustrons notre propos par un exemple parlant du secteur automobile. Ce secteur est sujet subit de grosses variations de besoins opérationnels en fonction des missions de chaque producteur, de son contexte et de sa clientèle. Si investir dans un robot industriel ne devrait pas poser trop de problèmes dans un monde simple, cela devient nettement plus difficile dans un monde mouvant en permanence.

Pourquoi cela ? Car la définition des besoins est un enjeu essentiel pour investir sur la bonne machine. N’oublions pas que les machines industrielles sont parmi les plus chères de toutes

Achat ou location de machines industrielles ? Que choisir ? 

En effet, la robotique utilisée par les grands constructeurs automobiles s’avère dès lors très différente des robots de maintenance “plus classiques” utilisés dans d’autres PMI. La complexité et les enjeux évoluant à la vitesse de l’éclair imposent une veille permanente aux dirigeants d’entreprises et aux acheteurs qui les accompagnent.

Il existe donc des contrastes importants en termes de capacité, de sécurité et de programmation qu’il est important de bien comprendre pour quiconque souhaite faire une mise à niveau de son automatisation. La maîtrise des concepts de production est donc une étape essentielle. Quel rapport avec la cobotique me direz-vous ? J’y viens !

Principales différences entre les cobots et les robots industriels

La façon la plus simple de comprendre la différence entre les cobots et les robots industriels est de savoir que les cobots sont conçus pour travailler aux côtés d’employés humains, tandis que les robots industriels travaillent à la place de ces employés.

Un cobot peut aider les employés à effectuer un travail qui peut être trop dangereux, trop pénible ou trop fastidieux pour qu’ils l’accomplissent seuls. La mise en place de la cobotique accroît ainsi la sécurité sur un chantier ou dans une usine de production, sans pour autant supprimer les emplois d’usine impliqués dans la fabrication d’un produit.

La cobotique mets l’humain au centre de la fabrication industrielle et permet un usage plus souple des machines et des procédures. 

En revanche, les robots industriels sont utilisés pour automatiser le processus de fabrication presque entièrement sans aide humaine sur le lieu de travail. Cela libère les employés pour des tâches plus significatives, moins banales et moins sujettes aux blessures dues aux mouvements répétitifs.

Les robots sont donc utilisés en priorité pour les gros volumes industriels ou la fabrication de pièces d’industries tandis que la cobotique accompagne la construction d’ouvrages plus ambitieux

La cobotique est plus facilement reprogrammable

Les cobots sont également plus facilement programmables que les robots industriels, car ils sont capables d’apprendre” sur le tas. Un ouvrier d’usine peut reprogrammer un cobot simplement en déplaçant le bras sur la piste souhaitée.

Le cobot “se souviendra” du nouveau mouvement et pourra le répéter de façon autonome. Les robots industriels ne peuvent pas être reprogrammés aussi facilement et nécessitent qu’un ingénieur écrive un nouveau code pour que les changements de processus puissent être mis en œuvre.

Les robots conçus pour de la fabrication lourde

En raison de leur taille et de la nécessité de travailler à proximité des humains, les cobots ne sont pas conçus pour la fabrication lourde. Les robots industriels peuvent manipuler des matériaux plus lourds et plus grands, comme ceux utilisés dans la construction automobile.

Cobot VS Robot : moins de contraintes de sécurité pour les cobots

A la différence des cobots, les robots et ont besoin d’un espace de sécurité renforcé comme une cage de sécurité pour empêcher les humains d’entrer dans l’espace de travail. Les cobots sont suffisamment sûrs pour fonctionner autour des personnes et n’ont pas besoin du même type d’infrastructure de sécurité que les robots industriels.

Idées reçues sur la robotique et la cobotique

L’investissement dans un parc de robots est une solution efficace pour réduire les risques sur un chantier industriel et pour augmenter l’efficacité de production. Implémenter de façon correcte, elle remplacera facilement l’embauche d’ouvriers peu qualifiés. Pourtant des malentendus existent sur la manière d’implémenter des solutions robotiques de façon efficaces.

Robotique vs cobotique : cela ne remplacent pas toujours les ouvriers peu qualifiés

Les acheteurs mal renseignés attendent trop des solutions cobotiques. Ne connaissant pas la différence entre robots et cobots, ils pensent que ces derniers remplaceront entièrement les ouvriers d’usine peu qualifiés, ou qu’ils se chargeront de tous les travaux de fabrication lourde mieux adaptés à un robot industriel.

Comme expliqué précédemment, les cobots sont spécifiquement conçus pour travailler avec des travailleurs humains, et fonctionnent mieux comme une solution peu perturbatrice aux problèmes de sécurité ou pour la santé des ouvriers (fatigue physique, problèmes de dos etc…)

La cobotique n’est pas une robotique bon marché

Connaître ces différences me semble essentiel pour créer un parc industriel de bonne facture. Les robots industriels ont toujours leur place dans la fabrication et les cobots ne doivent pas être considérés comme un raccourci à moindre coût vers l’automatisation complète du lieu de travail.

Les deux solutions ont des usages complémentaires et un potentiel bien plus important pour révolutionner la fabrication lorsqu’ils sont mis en œuvre correctement.

Configuration et coût de mise en place

Un autre domaine où nous constatons une certaine confusion est celui des options de personnalisation et des coûts. Les cobots et les robots industriels peuvent tous deux être personnalisés, mais de manière différente.

En raison de leur taille et des différences de capacité et d’application, il ne faut pas s’attendre à ce que le coût ou l’ingénierie requis pour les deux machines soient analogues.

différence entre cobot et robot [Crédit Photo : Pixabay]

Certaines marques de cobots ont des conceptions pré-élaborées personnalisables qui réduisent le coût et le temps nécessaires pour adapter votre solution automatisée à un usage standard; Cela implique de prévoir un coût de développement supplémentaire pour les solutions plus complexes.

D’un autre côté, les robots industriels sont souvent disponibles en modèles standard et personnalisés en fonction de l’application. Ces robots sont souvent plus grands, plus complexes et plus coûteux. Enfin, le coût et l’ingénierie nécessaire dépendent entièrement des besoins du client, et la meilleure approche de la robotique est d’être ouvert à un large éventail de solutions.

 

Relocalisons les industries en France avec les agences de développement économique

Avec l’apparition de la pandémie du coronavirus dans le monde entier, l’économie de chaque pays et de chaque état est en dégradation totale. Tout le monde est confiné sans distinction sans aucune lisibilité sur l’avenir de leur pays devant cette situation inédite.

Certains politiques français implorent même de relocaliser l’industrie française. Nous l’avons vu avec la crise des masques, la nécessité de relocaliser l’industrie après le covid-19 se fait bel et bien sentir. Pour autant, est-ce l’avis de tous et surtout, est-ce encore envisageable à l’heure ou la domination chinoise se fait de plus en plus écrasante.

Quelques chiffres sur le marché industriel chinois.

La Chine dispose d’une très grande capacité industrielle, doublée d’une très forte croissance en termes de revenus (cf étude : ibisworld.com). L’innovation est un secteur stratégique pour la Chine, qui n’a cessé de copier les marchés occidentaux depuis plusieurs dizaines d’années déjà.

SERVICES REVENUE GROWTH %
1. Production d’énergie solaire en Chine 32,20 %
2. Services Internet en Chine 30,70 %
3. Les jeux en ligne en Chine 27,20 %
4. Achats en ligne en Chine 22,00 %
5. Fabrication de fibres optiques et de câbles en Chine 20,30 %
6. Services de soutien au forage pétrolier et gazier en Chine 18,60 %
7. Fabrication de voitures et d’automobiles à carburant alternatif en Chine 17,80 %
*source : ibisworld.com/china/industry-trends/fastest-growing-industries/

Pourquoi relocaliser l’industrie française ?

L’importance de relocaliser – a minima les industries de production les plus stratégiques s’avère donc cruciale dans un contexte mondialisé. Pourquoi cela ? Tout d’abord, nous l’avons vu pendant la pénurie de masques, certains secteurs sont prioritaires et nous rendent dépendant d’autres pays qui n’hésitent à se vendre aux plus offrants.

Les secteurs à relocaliser en priorité

Selon un article de BFMbusiness, les secteurs à relocaliser en priorité sont la santé, de l’information, des composants électroniques, des métaux rares, de l’armement ou encore de l’agroalimentaire. Sans une indépendance forte dans ces secteurs stratégiques, nous devenons un pays fragile et dépendant vis à vis des autres puissances économiques.

La relocalisation des PMI en France passent par plusieurs étapes ; l’une d’entre-elles est une étape d’accompagnement sur le territoire français. A ce titre, les agences de développement économique font du très bon travail.

industrie france [source Pixabay]

Qu’est-ce qu’une agence de développement économique ?

Une agence de développement économique a des objectifs bien précis : développer l’économie et les entreprises qui existent dans la province ou dans la région ou elles s’implantent.

Par exemple, investirprovence.com, est une agence de développement économique basée dans le midi. Celle-ci accompagne les entrepreneurs selon leurs situations et leurs objectifs.

Ils pourront les aider à trouver des fonds ou des partenaires, les accompagner dans le recrutement d’ingénieurs ou dans la mise en place d’aides spécifiques à la région. Elles fonctionnent ainsi comme un booster de croissance pour l’industrie en question.

Service Public ou Privé ?

Le fonctionnement d’une telle agence est privé, les entreprises y mettent toute leur entière confiance aux agences de développement économique des territoires. Aussi, ces dernières ont des relations étroites avec des partenaires du secteur publics, c’est pourquoi elles sont très crédibles et utiles aux entreprises.

Quelles sont les missions d’une agence de développement économique industriel ?

Les missions d’une agence de développement économique s‘articulent en plusieurs dimensions. La première autour de l’entreprise, la seconde autour de la région. Ces deux dimensions cohabitent et font d’une agence de développement économique, un partenaire stratégique de choix pour les activité du domaine industriel.

Missions d’une agence de développement économique pour les entreprises

  • Création de l’entreprise : il faut appuyer les propriétaires de projets surtout coté financement et les aider à réaliser ses projets. C’est l’étape du business plan, de la mise en place des stratégies de production, le moment pour prévoir les étape de stockage ou de logistique des produits etc.. C’est aussi un moment crucial pour trouver des fonds d’investissements vers les porteurs du projet.
  • Développement & croissance commerciale: une fois l’entreprise créée, l’agence doit encore l’aider financièrement car au fil du temps l’entreprise peut rencontrer des difficultés qui peut l’entraîner jusqu’à la faillite donc l’agence intervient. On va alors parler d’extension commerciale, voir d’internationalisation de la structure. L’agence de développement économique aidera aussi pour l’innovation la mise en place d’opération immobilières stratégiques.
  • Accueil et démarchage d’entreprises internationales : l’agence a développer un tissu de relations internationales avec des agences correspondantes ou des partenaires à l’étranger.Par exemple, les agences régionales sont les premiers intermédiaires de l’AFII sur le territoire.
  • Reprise et la transmission de l’entreprise : ces changements sont à préparer bien en amont et ces questions cruciales vont aider les entrepreneurs à transmettre leur capital aux futurs dirigeants. L’ agence de développement économique va aider les PMI dans la transmissions avec des professionnels dédiés à ces questions épineuses.

Missions d’une Agence de développement économique pour PMI [Source Pixabay]

Missions d’une agence de développement économique pour la région

  • Miser sur le potentiel attractif de son territoire : chaque région bénéficie d’une offre territoriale à construire et à améliorer. L’une des missions de l’ agence de développement économique , c’est de créer des domaines d’activités autour de ce que la région peut offrir. Par exemple développer les industries navales en Bretagne ou près du Havre.L’ agence de développement économique des territoires aide, conseille et guide à la réalisation de ce projet. Si l’entreprise est dans le secteur de la culture ou du tourisme, alors, l’agence l’invitera à participer au développement culturel ou touristique pour que ce territoire se développe de mieux en mieux. On a l’exemple en Charente Maritime avec le fort développement du tourisme autour de l’île de Ré. La population locale doit sentir un changement appuyé par le développement d’une économie florissante.
  • Promouvoir le territoire pour l’économie: l’ agence de développement économique va proposer des salons professionnels pour mettre en avant de labels ou marques des territoires.
  • Accompagnement des territoires en mutation économique : l’agence est l’interlocutrice priorisée de l’état et de l’entreprise dans le domaine de convention de redynamisation.
  • Privilégier une coopération économique durable et décentralisée : plus le tissu sera complexe et les intervenants nombreux, plus le système sera résilient et riche en possibilité de développement. cherchez des conseils auprès des collectivités étrangères.

Conclusion

Les agences de développement économique sont une vraie opportunité de lutte contre la mondialisation débridée de l’industrie. Se positionnant comme une alternative utile, elles ne sont qu’une partie de la réponse, mais peuvent aider les particuliers, les entrepreneurs ou des sociétés en quête de nouveaux défis.

 

 

 

 

Les low tech sont-elles l’avenir de l’industrie ? 

Développées en marge des évolutions technologiques, les low tech sont une gamme de produits technologiques à basse consommation qui pourraient bien changer la face de l’industrie moderne.

Comme l’indique le scientifiques et experts sur la question  Aurélien Barreau dans l’émission clique.tv  “nous vivons dans une période ou nous devrions être obsédés par l’économie d’énergie, mais au lieu de celà, nous faisons joujou avec des outils toujours plus sophistiqués et gourmands en énergie” (NDLR : en parlant du développement de la 5G).

Les enjeux de demain, autant pour les industriels que pour les consommateurs ne pourront se passer de technologies, mais doivent comprendre que nous vivons dans un monde limité. La croissance n’est donc pas exponentielle, comme veulent nous le faire croire de nombreux économistes contemporains. Face à ce constant, l’émergence des low tech peut se révéler un atout majeur pour nous éviter le pire.

Définition des low tech

Les low tech ou “technologie sobre” s’opposent aux “high tech”. Cette famille d’objets technologiques a pour principe d’être durable, réparable et de consommer le moins possible.

Prenant racine dans les années 60 par l’intellectuel Ernst Schumacher, partisan du « small is beautiful ». Les low tech sont déjà très utilisées dans les pays les moins riches et permettent de réaliser de nombreuses choses sans consommer d’énergies fossiles.

Un changement de paradigme s’impose dans le monde industriel

il ne faut pas être devin pour s’apercevoir que les choses vont assez mal. En effet, le monde semble prêt à s’effondrer et les indicateurs de croissance sont au plus faible. D’ailleurs, cela rejoint les prédictions du Club de Rome qui annonçaient des bouleversements économiques, climatiques et sociaux majeurs au début du XXIème siècle.

Cela s’explique par la mise en production massive de nombreux objets manufacturés et d’une économie toujours plus gargantuesque qui ne demande qu’à croître.. Cela pose la question suivante. Faut-il continuer à produire comme nous le faisons aujourd’hui ?

Comment changer de modèle sans altérer de manière trop brutale l’économie mondiale ?

Low tech VS énergies renouvelables

Les low tech ne s’opposent pas seulement aux High tech, mais cassent aussi les croyances autour des énergies renouvelables. Prenons l’exemple du panneau solaire qui semble être la solution idéale pour entamer une transition écologique durable et moins dépendre du pétrole. Chaque panneau solaire demande d’aller chercher des minéraux rares pour fabriquer un objet qui aura une durée de vie très limité dans le temps avec un bilan carbone plus que discutable.

schéma low tech [source : wikipedia]

Bref, les énergies vertes ou renouvelables ne remettent pas en question le modèle productif actuel. Elles s’adaptent à un modèle déjà trop vieux pour ce monde trop usé. Les low tech proposent l’alternative d’utiliser des matériaux recyclés pour fabriquer une machine réparable, mais qui produira probablement moins.

Nous devons désormais nous adapter aux technologies pour éviter les catastrophes.

Les low tech sont-elles compatibles avec le monde de l’industrie ?

Le champ des possibles est très vaste lorsque l’on aborde la question des low tech. En effet, qui ne rêve pas d’une industrie plus verte, moins coûteuse en énergie carbone et avec des machines facilement réparable ?

Sauf que ce chemin demande forcément quelques sacrifices. En effet, la philosophie derrière les low tech ne mets pas en avant une consommation ostentatoire, une industrie vouée au toujours plus. La mouvance low tech s’inscrit plutôt dans une décroissance sereine en ne consommant que ce qui est nécessaire. Le défi est grand, la question se pose désormais aux industriels. Seront-ils capable de le relever ?

L’industrie de demain va devoir s’adapter aux changements qui modélisent le monde et apprendre à faire mieux avec moins. Les possibilités sont multiples et se situent quelque part entre biogaz, permaculture et DIY.

Calfeutrage d’un bâtiment : joints au silicone VS thermoplastique

Le calfeutrage extérieur permet de renforcer l’isolation thermique du bâtiment et de maintenir l’assainissement de l’air des pièces en évitant la prolifération de moisissures et bactéries. Les entreprises de calfeutrage utilisent différents types de scellants extérieurs : silicone, polyuréthane, thermoplastique, et d’autres qui sont aussi reconnus efficaces. Ces produits jouent le rôle de remparts contre le froid, la chaleur, la pluie et protègent les boiseries et structures de l’humidité.

Depuis quelques années, un scellant intéresse de plus en plus les professionnels du bâtiment : le scellant au silicone. Quels sont les avantages, les inconvénients et les propriétés spécifiques du scellant au silicone ? Explications ci-dessous…

Les avantages du scellant au silicone

Les spécificités de ce produit présentent de nombreux avantages. À l’instar des autres scellants, son application est rapide, durable et facile si appliqués par un professionnel.

On considère aussi que le scellant au silicone possède ces qualités :

  • Facilité d’application avec ou sans apprêt ;
  • Résistant à l’humidité, au soleil, à la pluie, à la pollution ;
  • Bonne adhérence sur de nombreux matériaux : acier, aluminium, verre, bois, béton, plastique ;
  • Résistant à des températures, variantes entre -10 ºC à 40 ºC ;
  • Large choix de coloris au goût du jour s’harmonisant avec les revêtements standards.

A lire aussi : Avantages de la résine anaérobie pour la maintenance industrielle

Les scellants extérieurs sont soumis aux variations de température, au soleil, au gel et à l’humidité ce qui engendre la contraction et la dilatation du matériau. Le calfeutrage doit résister à des températures qui peuvent varier très fortement. C’est pourquoi, les ingrédients des produits scellants sont sélectionnés avec le plus grand soin chez des fabricants reconnus comme l’entreprise québécoise Adfast.

Attention : le calfeutrage au silicone doit être posé par un professionnel afin d’éviter les infiltrations d’eau qui, au fil du temps, entraînant des problèmes de moisissure à l’intérieur des bâtiments.

Pour un travail de calfeutrage de qualité et durable, il est conseillé de demander l’expertise des professionnels en bâtiment qui choisiront le scellant le plus adapté : scellant silicone, polyuréthane ou thermoplastique offrant une excellente durée de vie.

Quel produit utiliser pour un bon calfeutrage polyuréthane ?

Les inconvénients du calfeutrage thermoplastique

Comparativement aux scellants silicone, le scellant thermoplastique contient une quantité non négligeable de solvants. Ces solvants peuvent dégager des COV dans l’air qui sont nocifs pour les utilisateurs. Le professionnel doit donc prendre des précautions pour se protéger lors de l’application du produit.

Autre inconvénient : le scellant thermoplastique peut perdre jusqu’à 40 % de son volume au moment de l’évaporation des solvants. En réduisant de volume, les conséquences se constatent sous forme d’un décollement visible du calfeutrage et de l’apparition des fissures de surface qui n’assurent plus l’étanchéité du calfeutrage.

Au Canada les professionnels préfèrent un scellant québécois et écologique. Au fil des années les entreprises de calfeutrage ont expérimenté bien des produits et bien des marques avant de préférer le scellant silicone et ce, sans dénigrer les polyuréthanes ou thermoplastiques qui sont des produits qui restent très utilisés et qui ont fait leurs preuves.

Dans le secteur du calfeutrage, le scellant au silicone de l’entreprise québécoise Adfast, située à Ville Saint-Laurent (banlieue de Montréal) ont acquis une belle réputation et est une référence dans le secteur des joints d’isolation et du calfeutrage de portes et fenêtres.

Entreprise certifiée ISO 9001, les produits Adfast sont soumis à des normes de fabrication rigoureuses dans le respect de l’environnement. Le scellant en silicone est garanti efficace, écologique et sans solvants toxiques.

En résumé

L’utilisation du scellant thermoplastique est limité. Il ne doit pas entrer en contact avec certaines surfaces : support goudronné et panneau isolant en polystyrène. Le scellant thermoplastique doit être travaillé dans des lieux aérés il peut émettre des COV nocifs pour la santé. C’est pourquoi les produits scellant en silicone et en polyuréthane sont souvent privilégiés dans le calfeutrage d’un bâtiment.

Comment externaliser au mieux sa logistique pour e-commerce ?

Pour éviter de se soucier de la logistique d’un e-commerce, il faut envisager des solutions d’externalisation de la logistique, se déroulant en sept étapes très précises, pour tirer pleinement profit des différents avantages de ce type de solution.

Vous avez lancé votre e-commerce, mais vous n’arrivez pas à avoir un contrôle sur l’envoi et la réception des marchandises ? Savoir gérer la logistique est un des points clés, quand on se lance dans le commerce en ligne. Il est pourtant possible de déléguer une partie du travail via des prestataires logistiques spécialisés.

Comment gérer la logistique d’un e-commerce ? Exemples

S’il existe une forte concurrence dans le domaine, les plus connus sont Amazon FBA, qui représente une solution intéressante pour les débutants, comme pour les commerçants les plus avancés. En effet, cette solution vous accompagne de A à Z (moyennant une commission sur les ventes + un abonnement mensuel) dans la livraison et le stockage de vos produits. La réputation d’Amazon n’y étant pas pour rien. Le produit fait un carton.

De nombreux e-commerçants choisissent aussi la solution du dropshipping pour ne pas avoir à gérer une logistique e-commerce. Le dropshipping consiste à créer un magasin sans stock et de laisser l’envoi et les retours au fournisseur. Cette solution n’est pas miraculeuse et vous demandera d’avoir une grande confiance dans vos fournisseurs.

Enfin d’autres entreprises décident de ne gérer qu’une partie de leurs logistiques et préfèrent travailler avec d’autres PME. L’avantage de cette solution est une relation plus exclusive et personnalisée avec son prestataire. Puis cela évite de donner de l’argent au GAFAM qui s’avèrent être de redoutables prédateurs pour les petites et moyennes industries.

La synchronisation.

La logistique pour un e-commerce passe dans un premier temps, par une interface permettant une excellente connectivité entre les équipes terrains. C’est un enjeu important, car un processus de synchronisation optimal permettra de suivre en temps réel, la gestion des commandes et des marchandises, étape par étape.

La plateforme de logistique pour e-commerce aura la forme d’un simple site web, mais avec une interface back-office plus poussée.Ce type d’interface permet de visualiser en un coup d’oeil les commandes reçues, les stocks restants et les livraison en cours.

Plateformes logistiques pour ecommerce

Elle sera entretenu par des développeurs senior spécialiste back office. Les plates-formes logistiques les plus appropriés portent le nom de PrestaShop, Oxatis, Magento, Woocommerce, Shopify, E-majine etc.

Cette interface clé en main est la base d’une bonne communication avec votre prestataire e-commerce logistique e-commerce. Toutes données sont suivies en temps réel.

La réception des marchandises

Pour réduire le coût logistique d’un e-commerce, l’externalisation de la réception des commandes représente une solution idéale, pour optimiser son temps. Les avantages de passer par un prestataire de logistique pour e-commerce sont nombreux.

Toutes les formalités administratives sont gérées par le prestataire logistique chargé de la réception de la marchandise, avec une gestion automatique des stocks, via l’interface synchronisée.

Bien que l’externalisation représente une contrainte importante, voir même un risque. Un accompagnement effectif par le prestataire logistique e-commerce évitera de rencontrer trop de perturbation sur votre activité. Votre charge mentale est nettement diminuée et vous pouvez concentrer vos efforts sur d’autres projets, comme le marketing ou l’innovation industrielle.

Vous pouvez aussi demander à votre sous-traitant de gérer la planification du projet ou le déménagement des stocks de marchandises. Celui-ci s’organisera et mettra en place des tests réguliers d’interfaçage professionnels sans risque de rendre votre site web inaccessible. (*l’interfaçage est le paramétrage de l’interface d’un site web dans une démarche e-commerce (gestion stock etc…))

Le stockage.

Des solutions de stockages pour les professionnels existent et elle sont entièrement optimisées et sécurisées. Certains prestataires comme Homebox proposent de louer des entrepôts spécialement dédiés à ce type d’usage.

L’objectif de passer par la location d’un entrepôt de stockage de marchandises, c’est de réduire le coût logistique du e-commerce, sans observer une détérioration de la qualité du stockage des marchandises. Comment cela est-il possible ?

Comment gérer l’externalisation stockage e commerce ( Photo : reproductive Health Supplies Coalition)

Sous-traiter le stockage des marchandises est-il rentable ?

Cela se traduit littéralement par une optimisation des marges, en axant le travail sur quatre éléments majeurs

  • la quantité de la marchandise à stocker : on organise et on classe les stocks via un processus de regroupement précis.
  • La taille des produits, en utilisant des rangements proportionnels, minimisant l’espace de stockage au sol en privilégiant si possible, la hauteur.
  • la durée des stocks inertes, pouvant également entraîner des coûts supplémentaires, pour la logistique e-commerce.
  • L’optimisation de la fiscalité autour du stockage de marchandises, c’est à dire prendre en compte toutes les taxes et la TVA, liée à l’entreposage sous douane.

En choisissant un entrepôt sécurisé, vous avez l’assurance que les marchandises sont entreposées dans les meilleures conditions, tout en bénéficiant d’une visualisation en temps réel des stocks, via l’interface qui a été déployée.

La préparation.

Pour optimiser un entrepôt de stockage pour le e-commerce, il est nécessaire d’effectuer un travail préparatoire, en attachant une importance particulière à la préparation de chaque commande.

Pour éviter des erreurs logistiques, il est important de mettre en place une vérification se déroulant en trois points essentiels, le picking, le contrôle et ensuite l’emballage.
À l’aide d’une équipe polyvalente et compétente, la préparation des différents produits se déroulera sur une période continue, même en cas de pics d’activités.

L’emballage.

Autre étape indispensable dans la logistique pour un e-commerce, l’emballage des produits. C’est un autre élément primordial, car il est important que vos clients puissent recevoir le produit, selon les différentes conditions que vous avez pu définir au préalable. C’est un élément à vérifier avec le prestataire logistique, qui sera capable de vous proposer des solutions sur mesure.

Il est possible d’obtenir un calage des produits, ainsi que la réalisation de lots spécifiques, par rapport à certaines commandes que vous avez mises en avant sur votre site e-commerce.

Pour un impact marketing plus fort, n’hésitez pas à envisager un emballage personnalisé, avec l’édition de certains documents comme un bon de livraison.
Tous les documents de transport ainsi que le déploiement d’enveloppes sécurisées, seront bien évidemment garantis, tout comme des dispositifs de cerclage ou de fardelage.

La livraison.

L’envoi de marchandises depuis un entrepôt est à la charge du prestataire. Ce dernier se chargera des livraison des produits, mais également des retours clients et des ré envois.

Différents dispositifs sont ainsi utilisés, avec des livraisons de palettes, une mise en place de livraison en point relais, la livraison à domicile contre signature, mais également le déplacement de colis volumineux ainsi que des livraisons express, pouvant être livrées du jour au lendemain.

Ce sont des nombreux avantages en bénéficiant d’une externalisation de la logistique d’un e-commerce.

Le suivi.

La dernière étape, consiste à assurer le suivi d’une clientèle, toujours plus fidèle.
La satisfaction client est au cœur de l’externalisation d’une logistique e-commerce, en étant capable d’adapter les besoins à chaque client, de la gestion des stocks à la préparation, à l’expédition.

Être capable d’être un interlocuteur unique, vous permettra un dialogue beaucoup plus facile en obtenant des réponses directes, sur la gestion de vos commandes.

Gestion de la logistique et du e-commerce [Photo par Wonderlane sur Unsplash]

Conclusion

L’externalisation de toute la logistique e-commerce, représente de très nombreux avantages avec une très grande souplesse, pour correspondre parfaitement à toutes vos attentes.

Comment organiser un entrepôt ? Le guide étape par étape pour une organisation efficace !

La mise en place d’un entrepôt de manière efficace et organisée est bénéfique pour un certain nombre de raisons. Non seulement elle facilite le contrôle des stocks et la gestion du temps, mais elle rationalise également l’ensemble du processus de gestion, de la commande et du stockage à la traction et à l’expédition.
Mais quelle est au juste la meilleure façon d’organiser un entrepôt ? Nous avons toutes les informations dont vous avez besoin pour créer votre propre espace de stockage, étape par étape

Rangement industriel : organiser le premier plan

La première étape de l’organisation de votre entrepôt consiste à créer un premier plan ou “plan d’étage”. Cela vous permet de voir où vous voulez stocker les articles et vous aide à prévoir les éventuelles limitations de l’espace physique du bâtiment lui-même. Mettre le plan sur papier avant de vous lancer vous aidera à visualiser bien des choses et à anticiper les problèmes potentiels.

Votre système de rangement doit être facile à comprendre et à utiliser par d’autres. Cela vous permettra de déléguer plus facilement. De cette façon, les employés pourront être facilement formés et n’auront pas de problèmes à le mettre en pratique.

Rangement industriel par catégorie

Lors de la création de votre plan, il est recommandé de regrouper les éléments de mêmes catégories afin de les ranger plus facilement. Par exemple, un entrepôt de fournitures de cuisine nécessitera la création d’une zone spécifique pour les ustensiles de cuisine et de cuisson, une autre zone pour les petits appareils, une autre pour les couteaux et la coutellerie, et une autre encore pour la vaisselle etc…

La règle des 80/20

En matière de rangement industriel, vous pouvez appliquer la règle des 80-20. Il s’agit d’organiser votre entrepôt de façon à ce que les articles représentant le top des vente (les 20 % des ventes les plus importantes) soit la majorité de vos commandes (les 80 % de vos commandes de votre stock). En bref, vous mettez les commandes qui partent le plus souvent à portée de main pour gagner en productivité.

Cela peut demander un peu de travail au départ, mais la bonne organisation d’un entrepôt industriel peut augmenter considérablement la productivité des préparateurs de commandes. Il est important que cette zone soit capable d’accueillir des niveaux de trafic élevés, car c’est elle qui sera la plus utilisée.

Choisir des solutions de stockage et de rayonnage

Ensuite, vous devrez choisir les solutions de rayonnage et de stockage qui répondront à vos besoins. Concentrez-vous sur la qualité et la quantité. Vous voulez disposer d’un espace de stockage suffisant et durable.

Les systèmes de rayonnages à palettes sont le choix privilégié car ils sont incroyablement durables. Ils vous permettent d’utiliser au mieux l’espace vertical. Les rayonnages d’entrepôt sont le choix incontournable pour prévoir l’organisation d’un entrepôt, mais il existe plusieurs types de rayonnages d’entrepôt différents :

  • Rayonnage à l’entrée ou à la sortie de l’entrepôt
  • Le rayonnage en flux continu
  • Repousser les étagères
  • Rayonnages en porte-à-faux

Choisissez en fonction de votre activité

Le meilleur choix, bien sûr, dépend de la nature de votre activité, de la taille et du volume des produits qui circulent dans votre installation, et d’autres considérations.

Vous devrez également tenir compte des conteneurs d’expédition, des bacs de stockage, et même des glacières et des congélateurs si vous manipulez des stocks sensibles à la température. Une fois que vos rayonnages sont installés et organisés de manière à favoriser la sécurité et une bonne circulation, étiquetez toutes les étagères et les zones selon votre plan.

Étagères, étagères, conteneurs et autres biens de l’organisation de l’entrepôt

Avant de placer quoi que ce soit dans l’entrepôt, étiquetez tout : les rayonnages de l’entrepôt, les étagères, les quais, tout.

Les solutions d’étiquetage pour les entrepôts sont conçues spécifiquement pour répondre aux besoins uniques de l’entrepôt, offrant des options personnalisées allant des étiquettes rétro-réfléchissantes à longue portée, aux étiquettes d’entrepôt frigorifique en passant par les panneaux d’entrepôt suspendus ou les étiquettes de rayonnage à plusieurs niveaux…

En choisissant la bonne solution d’étiquetage, votre entrepôt sera plus facile à naviguer, le prélèvement et l’emballage seront rationalisés et l’efficacité de l’organisation sera globalement renforcée.

Investir dans l’étiquetage

Investir dans une solution d’étiquetage complète pour l’entrepôt est un investissement qui rapporte gros grâce à un meilleur contrôle des stocks, une productivité accrue, une optimisation de l’entrepôt, etc.

Il est beaucoup plus rapide et simple de rechercher un code à barres, une référence ou un autre système de numérotation pour trouver les bons articles que de naviguer dans des dizaines d’allées pour trouver la bonne section, la bonne étagère et le bon produit.

Comment gérer organisation d’un entrepôt ? (Photo : chuttersnap / Unsplash)

Maximiser l’utilisation de l’espace

Lorsque vous organiser votre entrepôt, il est important de mettre à profit tout l’espace dont vous disposez. Cela prévoit évidemment l’optimisation de l’espace vertical.

L’empilage des articles ou l’utilisation d’étagères superposées permet non seulement de maximiser l’espace, mais aussi de créer un entrepôt plus propre et mieux organisé.

Les articles les moins demandés en hauteur

Placer les articles achetés moins fréquemment en hauteur, dans des allées étroites ou dans les zones les plus difficiles d’accès de votre entrepôt peut vous aider à maximiser à la fois l’espace et la productivité.

Cette décision vous aidera à rendre les articles les plus demandés à proximité du quai de chargement. La taille et le poids des produits seront également un facteur déterminant dans la manière dont vous choisirez d’organiser votre entrepôt.

Planifier l’entretien régulier de l’entrepôt

Organisez votre entrepôt en prévoyant des nettoyages fréquents et en veillant à ce que les allées soient dégagées de tout article.

Vous devez pouvoir circuler dans n’importe quelle partie de l’entrepôt à presque tout moment sans obstacle. La mise en place de politiques et de procédures pour l’entrée et l’expédition des stocks vous aidera à vous assurer que votre entrepôt est bien organisé et que les stocks sont comptabilisés avec précision.

Effectuer des audits et des examens périodiques

Enfin, il est capital de réadapter périodiquement vos systèmes de gestion des stocks et d’organisation des entrepôts pour en vérifier l’efficacité.

Cela signifie qu’il faudra auditer la totalité de votre entrepôt régulièrement.

  • Vérifier les types de conteneurs pour le stockage des matières premières
  • Revoir les systèmes d’étagères utilisés et la manière dont les articles sont regroupés.
  • Vérifiez que les membres du personnel disposent d’un cheminement fonctionnel, Identification et suppression des obstacles pour vous assurer la bonne circulation du personnel. Cela vous évitera aussi des blessures.

Surtout, assurez-vous que tout est conforme aux normes pour toute personne qui entre dans l’entrepôt soir en sécurité

Il est inutile de mettre en place un processus qui n’est pas sûr ou qui ne fonctionne pas correctement. La mise en place des contrôles réguliers doit être une priorité. Si vous faites cela, vous constaterez rapidement que la mise en place d’ un inventaire optimiser vous aide à augmenter la productivité et de renforcer vos résultats.

France Innovation Plasturgie : Participation record des exposants !

Le salon FIP rassemblera à Lyon Eurexpo toute la chaîne de valeur de la plasturgie, des composites et des caoutchoucs. L’enjeu est de taille : démontrer sa capacité à évoluer pour embrasser les nouveaux enjeux de la société. Dans un contexte de communication exacerbée où le plastique est tantôt décrié, tantôt plébiscité pour ses propriétés intrinsèques, la filière se mobilise et fait preuve de son dynamisme pour innover et se remettre en cause.

Avec plus de 80% de la surface déjà réservée et une augmentation significative de nouvelles entreprises françaises et internationales, le salon France Innovation Plasturgie semble bien parti pour battre des records de participation. Ceci n’étonnera personne : à l’heure des grands bouleversements, la plasturgie se fédère pour apporter les réponses que tous les marchés attendent.

Le salon accompagne la transition de ce pan entier de l’industrie française et se fait l’écho d’une industrie dynamique, high tech et responsable avec 3 salons en 1 lieu :
FIP’VALORIZE : la plasturgie circulaire, un espace dédié au cœur du salon avec :

  • des stands sur lesquels retrouver les matériels et solutions en économie circulaire pour la plasturgie (matières recyclées ou régénérées, broyeurs, compounders, équipements et machines de recyclage, déchiqueteurs, lignes de lavage, machines de tri, séparateurs de métaux, mélangeurs et silos, extrudeuses, éco-conception)
  • un parcours de visite pour identifier les initiatives RSE prises par l’ensemble des exposants

FIP’TRANSFORM : toute l’offre sous-traitance, avec :

  • des exposants qui présentent leur expertise en fabrication de pièces toutes technologies
  • des rendez-vous d’affaire pour faciliter la rencontre de ces experts avec les donneurs d’ordres de tous les marchés
  • une exposition « TECHNOLAB » pour illustrer les différents savoir-faire

Salon FIP 2020 : quelles sont les attentes des consommateurs ?

FIP

Les acteurs majeurs de la filière (matières, machines, équipements, périphériques, métrologie, etc…) présentent leurs développements, leurs nouveautés, les challenges clients qu’ils ont relevés.

Et d’autres pôles d’attractivité sur le salon pour :

  • INNOVER : avec un espace NOUVEAUX MATERIAUX : l’innovation foisonne pour proposer des matériaux pérennes, recyclables, réutilisables, avec de nouvelles fonctionnalités pour répondre aux nouvelles attentes.

Cet espace dédié proposera un tour d’horizon de tous les nouveaux matériaux, polymères ou non, transformables avec les outils de production traditionnels.

  • ATTIRER DE NOUVELLES RECRUES :
    • le TALENTS HUB facilitera la rencontre entre les apprenants et leurs futurs employeurs sur un espace propice aux discussions. Une zone de rendez-vous en « 1 to 1 » pour les services Ressources Humaines des exposants,
    • La présence de l’outil pédagogique : le camion PUXI (Fédération de la Plasturgie) qui permet de montrer toutes les techniques de transformation

Point de ralliement de toute la filière, de nombreuses Fédérations et associations professionnelles s’inscrivent déjà dans la dynamique, dont à ce jour : l’ACDI, la Fédération de la Plasturgie et des Composites et ses syndicats membres (Allizé Plasturgie, Plastiouest, GIPCO), Plastipolis, IPC, Plastics Europe, Moule & Prototype et l’association Thermoformer.

Plus d’infos :

Contact presse : Anne-Isabelle RAUSA /+33(0)4 74 81 61 23 /mob +33(0)772 007 584 airausa@idice.fr
Photos disponibles sur le site web de l’événement : https://www.f-i-p.com/medias/photos-videos/
Un événement organisé par IDICE, filiale du groupe INFOPRO DIGITAL. IDICE est organisateur de salons et événements professionnels : France Innovation Plasturgie, 3D PRINT Congress & Exhibition, LUXE PACK

Monaco, LUXE PACK New York, LUXE PACK Los Angeles, LUXE PACK Shanghai, Edition Spéciale by Luxe Pack. IDICE fait partie du groupe INFOPRO DIGITAL, groupe leader d’information et de services professionnels (3 200 collaborateurs, 440 M€ de CA) couvrant plusieurs univers clés de l’économie : le BTP, l’automobile, l’industrie, l’assurance et la finance, la distribution, le tourisme et les collectivités locales.

Le Chief Experience Officer a t-il sa place dans l’industrie ?

Selon une étude menée par Smart Tribune [1], spécialiste des solutions à destination des services clientèle, 97 % des consommateurs considèrent que la qualité du service client est primordiale dans le choix d’une marque. Un chiffre, parmi d’autres, qui montre à quel point le secteur du CRM (gestion de la relation client) a évolué ces dernières années et est devenu un pôle stratégique de la réussite des entreprises. C’est d’autant plus vrai dans le monde de l’industrie où la qualité des relations avec les clients est essentielle (coût de production élevé, innovation constante, concurrence).

C’est pour cette raison que de plus en plus de sociétés font appel à des directeurs de l’expérience client. Appelé aussi CXO ou Chief Experience Officer, ces experts, à mis chemin entre le commercial et la SAV sont les vrais porte-paroles du client au sein de l’entreprise. Mais en quoi consiste réellement le métier de ces experts de la communication ?

Les missions du directeur de l’expérience client

Le directeur expérience client, a pour rôle principal d’améliorer la perception qu’ont les clients et les prospects d’une grande marque. Un métier devenu essentiel avec l’explosion des nouveaux canaux de communication et qui se décline sous la forme de plusieurs missions dont les principales sont :

  • L’optimisation de l’UX (expérience client) de toutes les personnes en relation avec l’entreprise
  • La formation à la “culture client” de tous employés concernés
  • La gestion des plaintes et la mise en place d’actions d’amélioration de la satisfaction client
  • La quantification et l’analyse métrique de la valeur client sur le long terme
  • La garantie de la cohérence et de l’homogénéité de la politique d’UX au sein de l’entreprise

Un des objectifs ultime du CXO sera de fidéliser le client à long terme. Le domaine industriel s’y prête assez bien. Dans le cas d’une machine industrielle ou d’un serveur web, il est impératif d’avoir une expérience client irréprochable. Ce sont des produits qui nécessitent une expertise et un vrai investissement.

Les compétences du CXO

Comme beaucoup d’autres métiers nés récemment au sein des entreprises, le CXO se fait encore rare dans des secteurs comme l’industrie. Résultat, il est encore assez difficile de définir un profil type pour ce poste, d’autant plus qu’il s’articule autour de compétences diverses dans le management et le commerce comme :

  • La décision guidée par les données numériques (data-driven)
  • La connaissance approfondie des techniques de marketing et de digital marketing
  • La compréhension et la maîtrise du fonctionnement des plateformes d’avis et d’évaluation
  • La maîtrise d’outils comme le Net Promoter Score (NPS)
  • Une connaissance complète des besoins et des acteurs du marché concerné

Les qualités requises

La principale caractéristique de ce type de poste, c’est de cumuler les compétences dans des domaines très différents. La première qualité d’un CXO doit donc être la polyvalence. Mais ce n’est pas la seule, loin de là, qu’on lui demande.

Ce professionnel des relations avec les clients doit également avoir un esprit transversal. Cela signifie qu’il doit être en mesure de s’adapter à toutes les strates de clientèles présentes sur un marché donné.

De plus, comme il doit aussi bien travailler en équipe que s’adresser à un public extérieur, il est essentiel qu’il possède de bonnes compétences en diplomatie, en communication et en pédagogie pour que son message soit aussi bien suivi (et écouté !) en interne qu’en externe.

Enfin, il est essentiel que cet expert de l’optimisation technique et commerciale ait l’esprit cartésien, voir mathématique. En effet, l’analyse de données et la synthèse de résultats étant au cœur de son activité, il se doit d’être particulièrement rigoureux au quotidien.

Quelle est la formation nécessaire pour devenir CXO en industrie ?

Il n’existe pas de formation à proprement parler pour le poste de directeur de l’expérience client. Cependant, la plupart de ceux qui l’occupent sont passés par une école de commerce (type ESSEC) ou ont suivi une formation de communication et de marketing (type CELSA). Mais dans tous les cas, c’est avant tout l’expérience sur le terrain et les compétences qui sont associées à cette activité qui priment pour obtenir ce type de poste.

On ne devient pas CXO du jour au lendemain, et encore moins dans l’industrie. Il est important d’avoir plusieurs années d’expériences dans le domaine du CRM avant de poustuler. Cependant, il arrive que certaines PME recrutent des CXO junior par manque de moyens sur une période déterminée, afin de mieux comprendre leurs clients et faire évoluer leurs produits.

Salaires et Évolutions de carrière

Le métier de CXO est encore un plein développement. Mais, si la tendance actuelle se précise, il devrait devenir de plus en plus essentiel au sein des entreprises. C’est donc une carrière qui offre de belles perspectives d’évolution, en plus d’un salaire confortable qui peut aller de 40 000 euros à 150 000 euros net par an.

SOURCES

[1] Etud comportementale sur les CRM : relationclientmag.fr/Thematique/data-room-1252/Diaporamas/les-chiffres-cles-relation-client-327990/relation-client-multiplicite-canaux-327991.htm

Le gouvernement français n’assume pas la rupture Renault-Nissan

Coup de tonnerre au gouvernement ! Le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a dénoncé dans le Financial Times britannique un rapport affirmant que le constructeur automobile japonais Nissan s’apprêtait à mettre fin à son alliance avec le constructeur français Renault suite à la chute de l’ancien dirigeant Carlos Ghosn.

Read the rest of this page »

Abas ERP créé une alliance avec le groupe EMERAUDE

Le Groupe Emeraude, spécialiste du traitement de surface (Thermolaquage poudre, application peinture liquide) est implanté dans l’Ouest via ses entités SFPI et TLV mais également dans l’Est de la France via son site de Silac. Afin d’harmoniser les processus métiers de l’ensemble de ses sites et d’offrir des outils modernes de décision, le Groupe Emeraude a choisi abas ERP.

Fédérer autour de processus métiers communs et de données communes

Fin 2017, le Groupe Emeraude faisait l’acquisition de Silac pour accompagner son développement dans l’Est de la France. Avec cette croissance, le Groupe Emeraude devient un acteur français majeur du Traitement de surface et la décision de s’équiper d’un nouvel ERP, apportant des fonctionnalités à la hauteur des défis du marché, s’est imposée. Avec abas ERP, le Groupe Emeraude va travailler à partir d’un même référentiel et donc disposer de reportings groupe fiable.

En effet, les différents sites utilisaient des ERP différents ayant chacun des fonctionnalités spécifiques. Aucun ne couvrait totalement les besoins du Groupe Emeraude et de ses clients. Avec abas ERP, l’ensemble des 450 salariés des 3 sites travailleront, de concert, avec les mêmes outils et donc les mêmes méthodes de travail.

« Nous souhaitions mettre en place un ERP commun aux trois sites à partir d’un core-model identique avec des bases de données communes. Ce projet devient également un élément fédérateur pour concrétiser une appartenance à un groupe pour l’ensemble des collaborateurs » explique Philippe Réminiac, Président Directeur Général du Groupe Emeraude.

S’intégrer aux processus métiers des clients en toute fluidité

Le Groupe Emeraude recherchait une solution lui permettant un échange rapide et fluide avec ses clients notamment sur le traitement des commandes (suivi, gestion des non-conformités, conditionnement avant livraison, bordereau de livraison) sous diverses formes : document papier, EDI et extranet.

« Notre métier de sous-traitant nous amène à être un maillon important dans la chaîne de production de nos clients. La communication, le flux d’informations, la qualité et la précision de nos échanges sur le traitement de leurs commandes sont devenus des éléments primordiaux pour maintenir la qualité de notre prestation. Et ce, d’autant plus que nos clients s’automatisent, s’industrialisent, évoluent pour coller à la demande du marché et contrer la concurrence étrangère » souligne Thierry Barthelet, Directeur Général du Groupe Emeraude.

Suivre en temps réel les opérations de la production

Jusqu’à présent, les processus de fabrication en place ne permettaient pas d’avoir une vision précise du temps réellement passé sur chaque tâche. Il était donc impossible de connaître les coûts réels d’une commande. Avec abas ERP, il sera désormais possible d’enregistrer facilement les temps via les terminaux et de les transmettre automatiquement dans l’ERP.

« Nous recherchions un ERP permettant la mise en place d’un suivi en temps réel des opérations de production dans les ateliers avec l’utilisation d’outils facilitateurs tels que lecteur code-barres, écran tactile, terminal de collecte portable » ajoute Thierry Barthelet.

Simuler et planifier les ordres de fabrication pour optimiser les délais

Afin d’optimiser les temps de préparation et de changement de teintes et donc les délais de livraison, le Groupe Emeraude regroupe les articles par couleur de traitement afin de réduire les temps morts de réglages entre deux couleurs. Le plan de charge prend en compte l’éventail des couleurs utilisées et regroupe les articles par couleur. Auparavant, ce regroupement n’était pas automatisé et rendait difficile l’intégration de nouvelles commandes au plan de charge.

Pour le Groupe Emeraude, l’intégration d’un outil de planification était un critère déterminant pour gagner en réactivité. En effet, il permet de réagir facilement, en temps réel et en toute sécurité aux demandes de dernière minute et aux ajustements en cours de production. En donnant aux équipes, l’accès aux informations nécessaires, elles peuvent éviter les temps morts et optimiser les rendements sans négliger la qualité attendue par les clients » explique Arnaud Koehl, Responsable Commercial Grand-Est d’ABAS France.

Des experts de l’industrie aux méthodologies éprouvées

Lorsque l’on interroge Philippe Réminiac sur les critères de sélection qui l’ont amené à choisir abas ERP, il nous répond : « les éléments différenciateurs ont été nombreux et notamment la qualité de l’équipe abas ERP avec une continuité entre la démarche commerciale et le suivi de projet, la méthodologie d’implémentation du projet et la solidité d’abas ERP ».

A lire aussi : Comment fonctionne le management agile dans l’industrie ?

A propos d’ABAS France

Depuis près de 40 ans, abas ERP accompagne les entreprises industrielles du monde entier dans la transformation digitale, grâce à son ERP avancé, sa méthodologie de conseil agile et ses experts en processus métiers industriels.

Ses experts réalisent des missions de conseil sur de l’optimisation de processus métiers, de mise en place d’ERP, de développements spécifiques et de suivi clients. abas ERP intervient auprès d’entreprises de taille intermédiaire du domaine de la fabrication automobile, électronique, plastique, métallique ou des fabricants de machines, et toutes les industries du type process. abas ERP est capable de gérer aussi bien la production en série que la production à l’affaire sur mesure.

abas en chiffres :

• 64 agences dans 27 pays
• Plus de 4.000 clients
• 38 partenaires certifiés
• 1.100 experts
• 120.000 utilisateurs
• Fidélité client > 90%