Archives

now browsing by author

 

Le chauffage en entreprise : un enjeux pour les PMI !

fournisseur gaz pro

Choisir le bon mode de chauffage lorsque l’on est une entreprise est une étape décisive. Entre le désir d’amoindrir les coûts, de profiter d’un système efficace et adapté, mais aussi de réduire son impact écologique, tous les modes de chauffages existants ne proposent pas les mêmes avantages, explications…

Le chauffage en entreprise : une problématique bien réelle

Le chauffage est un des besoins essentiels pour les entreprises et il est difficile de s’y soustraire, si bien que l’État a légiféré sur ce sujet en imposant aux entreprises une température minimum dans les locaux professionnels [1]. Une problématique se pose alors : celle de l’écologie. Comment chauffer et maintenir une température correcte tout en rejetant le moins de gaz à effets de serre possible ?

Par ailleurs, l’étude d’un chauffage en entreprise doit prendre en compte toute une série de contraintes : à quoi sert le bâtiment (on ne chauffe pas de la même façon une salle de sport, une usine, un atelier, des bureaux…) ? Quel est le volume du bâtiment ? Est-il neuf ou ancien ? Les questionnements sont donc nombreux.

Il existe, comme pour un logement individuel, plusieurs possibilités de mode de chauffage comme par exemple l’électricité, le bois, le gaz naturel, etc. Qui plus est, de nombreux services sont spécialisés dans la prise en charge des modes de chauffage pour les entreprises en proposant des offres adaptées et donc différentes de celles proposées aux particuliers, ce sera notamment le cas lorsque l’on optera pour un fournisseur de gaz pour les pros.

Le gaz naturel comme source d’énergie

Le gaz naturel est une source d’énergie très prisée par les entreprises. Les différents systèmes de chauffage au gaz correspondent à une demande des entreprises notamment pour sa souplesse. En effet, la température est facilement modulable, il est donc plus simple de baisser ou augmenter la température dans de gros volumes.

Un chauffage au gaz naturel est moins coûteux qu’un chauffage au gasoil ou à l’électricité.[2] Le chauffage au gaz radiant est par exemple un système intéressant pour les entreprises, car il est économique et adapté aux gros volumes.

chauffage pour professionnel

Opter pour un fournisseur d’énergie propre quand on est une PMI. [sources centrale électrique – pixabay.com]

Des fournisseurs dédiés pour professionnels

Les entreprises font appel à des fournisseurs de gaz pour les pros pour plusieurs raisons, la première est bien sûr le coût. Le chauffage est une grosse ligne budgétaire, la meilleure façon de la réduire est de souscrire un contrat auprès d’un fournisseur de gaz pour les pros. Leurs tarifs restent plus faibles que ceux de l’électricité et sont stables tout au long du contrat qui peut aller de 1 à 5 ans.

Qui plus est, ils proposent une vraie souplesse d’utilisation, les fournisseurs de gaz pros permettent à leurs clients d’accéder à leurs factures en ligne afin de gérer la consommation.

Les fournisseurs de gaz pour les pros proposent également des services non négligeables de conseils et d’expertises par rapport à une consommation trop importante par exemple, mais aussi un suivi de la consommation et son historique afin de faire des comparaisons et adapter la consommation toujours dans un but d’économie. Les fournisseurs de gaz pour les pros peuvent aussi alerter l’entreprise en cas de dépassement de consommation.

Opter pour un gaz écologique

Enfin, on pourra noter que l’acheminement du gaz naturel est « propre ». Il s’agit donc d’un mode de chauffage beaucoup plus écologique que l’électricité par exemple (un article sur le sujet ici).

En somme, si l’on est à la recherche d’un mode de chauffage peu coûteux, économique et écologique, c’est vers les services d’un fournisseur de gaz pour les pros qu’il sera préférable de se tourner en tant qu’entreprise.

SOURCES ET ANNEXES

[1] : editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail/conditions-de-travail-par-temps-froid-existe-t-il-une-temperature-minimale-a-ne-pas-franchir

[2] : fournisseurs-electricite.com/fournisseurs-etrangers/actu-des-producteurs/29422-faut-il-se-chauffer-a-lelectricite-ou-au-gaz-naturel-

Comment piloter l’absentéisme au travail ?

calcul de l’absentéisme au travail 

L’absentéisme au travail est un vrai défi auquel sont confrontés les entreprises. Une étude Gras Savoye Willis Towers Watson annonce que le bien-être au travail est directement lié au taux d’absence. En effet, un salarié mal adapté à son environnement de travail aura plus de risques de lâcher prise, de se démotiver ou pire, de faire un burn-out. Enquête sur l’absentéisme en milieu professionnel. Pourquoi et comment l’éviter ?

Définition absentéisme au travail

On parle généralement d’absentéisme au travail lorsque les employés ne se présentent par sur leur lieu de travail. Les raisons peuvent être multiples et doivent être prises au sérieux.

Il serait trop réducteurs de faire l’amalgame entre absent = fainéants.

L’absentéisme au travail est une réponse au présentéisme, encore très présent dans la manière de travailler à la française, qui consiste à demander aux salariés de venir sur leurs lieux de travail, sans prendre en compte les contraintes extérieures et personnelles qui pourraient subvenir.

En effet, les entreprises sont de plus en plus connectées et offrir un peu de souplesse aux employés sera perçu comme un vrai avantage pour les travailleurs. Même, si cela ne s’adapte pas toujours au monde de l’industrie qui demande très souvent d’être surplace, il est important de faire preuve d’une certaine souplesse pour permettre au salarié d’être écouté et lui laisser un peu plus d’autonomie ne peut pas faire de mal.

A lire aussi : le management en mode agile : un réponse souple à l’organisation de l’industrie

Une absence au travail se caractérise par son caractère incertain et non prévisible. Il y a donc certaines absences qui n’en sont pas. On pense par exemple aux congés parentaux, formations, réunions syndicales….

Comment calculer le taux d’absentéisme dans une entreprise ?

Le méthodes de calcul du taux d’absentéisme au travail peuvent varier suivant les domaines d’activités et les modes opératoires de chaque professionnel.

La formule pour calculer le taux d’absentéisme dans une entreprise est très simple et se définit comme suit :

Taux Absentéisme = Nombre de jour d’absence défini sur un Temps T / Nombre de jours de présence supposée sur cette même période

Quels indicateurs définir pour le calcul de l’absentéisme au travail ?

Il est important de définir des indicateurs de l’absentéisme au travail. Cela va permettre de mieux délimiter son calcul et son coût. Comme nous l’avons précisé, toutes les absences ne se valent pas. On listera alors les absences les plus perturbatrices au bon fonctionnement de l’entreprise pour délimiter un territoire d’étude.

Voici quelques exemples

  • Arrêts maladie : les arrêts maladies sont des ordonnance délivrées par les docteurs pour couvrir une maladie ponctuelle chez l’employé. Cela peut aller du simple rhume à la dépression. Il convient de toujours ces signes précurseurs au sérieux, qui peuvent annoncer un mal-être au travail chez l’employé.

    Ils sont aussi un moyen de pression pour certains employés, qui refusent d’aller au travail en cas de conflits avec leurs supérieurs hiérarchiques. Certaines entreprises n’hésitent plus à faire appel à des experts en contrôle maladie comme verilor.fr pour vérifier et contrôler ces absences.

  • Accident de travail, de trajets, blessure sur chantier : les blessures dans le domaine de l’industrie sont courantes et plus un chantier sera sécurisé, moins il y aura d’absence injustifiée
  • Maladie professionnelles  : le monde de l’industrie est très pénalisant pour les employés qui peuvent être victimes de maladies professionnelles en raison des difficultés inhérentes à leurs missions. Par exemple, un employé sans casque sur un chantier peut avoir des problèmes auditifs et cela peut mettre sa vie (et celles des autres en danger)

Lire aussi : Comment limiter le bruit sur un chantier ?

 

  • Absence injustifiées : ces absences non justifiées peuvent entraîner un licenciement de l’employé, surtout s’il elles sont répétés. Il est préférable de prendre contact avec le salarié et d’entamer un dialogue franc en lui demandant des explications précises.

Il est intéressant d’analyser le type d’absentéisme dans une entreprise pour comprendre le phénomène dans sa globalité. Comme l’annonce une étude du site psppaca.fr (source), il faut dégrossir le problèmes et comprendre le type d’absentéisme le plus courant dans l’entreprise.

cause absentéisme au travail

Quels sont les causes de l’absentéisme au travail ? [source pixabay]

Les données recueillies par le service des ressources humaines vont permettre d’élaborer un tableau de bord qui permettra le lire les tendances. On peut y trouver les indicateurs suivants :

  • Taux absence par service ou par type de profession : si vous n’avez que les cadres dirigeants qui s’absentent : posez-vous une question sur les méthodes de management appliquées…
  • Taux absence par saisonnalité :
  • Taux absence par tranche d’âge : cet indicateur d’absentéisme au travail permet de comprendre des phénomènes secondaires dans votre entreprise.
    Ex : vos salariés les plus âgés sont les plus absents, faut-il les vilipender ou leur donner plus de marges de manœuvre et autoriser quelques jours en télétravail ? 

Quel est le taux d’absentéisme normal ?

Il n’existe à ce jour que peu d’études autour de la question de l’absentéisme au travail. Néanmoins les chiffres avoisinent autour des 3% autour depuis 2010. Il est tout à fait normal d’avoir des absences dans une entreprise, surtout lorsque l’on parle d’une industrie qui emploie plusieurs centaines de personnes;

Absentéisme au travail : les solutions

Il existe plusieurs solutions pour améliorer le taux de présence dans une entreprise. La première n’est pas la plus confortable sera de se remettre en question et d’essayer d’améliorer le climat social.

Écouter les syndicats et essayer de mieux coordonner les équipes. Vous pouvez faire appel à des professionnels qui se chargeront de mettre en place un audit spécialisé pour analyser les causes de l’absentéisme dans votre entreprise.

sources :

Documentation sur l’absentéisme au travail : bpsppaca.fr/IMG/pdf/Absenteisme_-_outils_et_methodes.pdf

Gaz HFC : un produit industriel 14800 fois plus polluant que le CO2 !

gaz hfc

Les produits réfrigérants sont vendus sur le marché sous forme de fluide et sont utilisés pour faire fonctionner les systèmes de pompe à chaleur ou de réfrigération. On trouve trois grandes familles de produits de ce type : les chlorofluorocarbures (CFC), les hydrochlorofluorocarbones (HCFC) et les hydrofluorocarbures (HFC). Tous ces produits sont considérés comme dangereux pour l’environnement.

Les gaz HFC sont la troisième génération de CFC. S’ils n’impactent pas directement la couche d’ozone, les hfc réfrigérants sont très dangereux pour l’environnement et provoquent d’importants gaz à effet de serre.

Le gaz HFC a un pouvoir réchauffant 14 800 fois supérieur à celui du CO2.

Qu’est-ce que le gaz HFC ?

Les gaz HFC réfrigérants sont apparus dans les années 90 sur le marché juste après le protocole de Montréal en 1987 et font déjà l’objet d’une vive polémique dès le protocole de Kyoto. La dernière édition du G7 prévoit de limiter leurs usages.

Gaz HFC définition

Les fréons ou hydrofluorocarbures (HFC) sont les gaz frigorigènes les plus répandus sur le marché. Ils sont principalement utilisés dans les climatiseurs industriels et domestiques et dans la plupart des gaz aérosols.

Selon les modèles climatiques de la NASA, les HFC devraient entraîner une diminution de 0,035% de l’ozone d’ici 2050. …[3]. Cette étude, qui portait sur les cinq types de HFC indiquent que ces gaz réfrigérants devraient contribuer le plus au réchauffement de la planète d’ici 2050. Elle révèle aussi que les gaz contribuaient indirectement à l’appauvrissement de la couche d’ozone, entraînant un réchauffement accru de la stratosphère, accélérant ainsi les réactions chimiques qui détruisent les molécules d’ozone. 

Selon le modèle, leur impact est tel que les HFC entraîneront une diminution de 0,035% de l’ozone d’ici 2050.

 

Quels sont les climatiseurs qui utilisent le gaz HFC ?

Il existe plusieurs type de gaz HFC. On les classe en cinq catégories : R-134a, R-125, R-32, R-152a et R-143a

Quelles aternatives aux gaz HFC respectueuses du climat ?

Pour éviter l’utilisation et les émissions d’hydrofluorocarbones (HFC), il existe une variété de solutions de remplacement respectueuses du climat, écoénergétiques, sûres et éprouvées. En raison des propriétés thermodynamiques et des propriétés de sécurité différentes des solutions de rechange, il n’existe pas de solution universelle.

L’adéquation d’une certaine alternative doit être examinée séparément pour chaque catégorie de produit et d’équipement et, dans certains cas, tenir compte également de l’emplacement géographique où le produit et l’équipement sont utilisés.

gaz hfc

le gaz hfc industriel est très nocif et doit être réglementé [sources pexels]

Pourquoi utiliser des alternatives au gaz HFC ?

L’impact d’une substance sur le climat est communément exprimé comme le potentiel de réchauffement planétaire (PRP). Plus le PRP est bas, plus la substance est respectueuse du climat. Les gaz HFC ont un PRP très élevé et sont donc de puissants gaz à effet de serre.

Pour atténuer les émissions de substances à PRP élevé et se conformer au règlement relatif aux gaz F, chaque secteur doit trouver des solutions pour passer rapidement aux frigorigènes à faible PRP.

Les solutions de remplacement des HFC couramment utilisés sont énumérées sur cette page pour différents secteurs.

 SOURCES ayant aidé à la rédaction de cet article sur les gaz HFC

[1] https://www.novethic.fr/lexique/detail/hfc.html
[2] https://www.airconditioning-systems.com/R134a.html
[3] https://www.nasa.gov/press-release/goddard/nasa-study-shows-that-common-coolants-contribute-to-ozone-depletion/
[4] Wikipédia sur le gaz HFC https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrofluorocarbure

5 étapes pour un projet de construction axé sur les données

projet de construction basé sur les data

Les projets de construction BTP se présentent toujours avec des difficultés importantes, aussi bien au niveau mental qu’administratif, résultant des différentes tâches, spécifications et paramètres qui doivent être pris en compte.

Il va sans dire qu’une communication et une collaboration à temps est l’un des éléments les plus importants pour la réussite d’un projet. Le problème est que, étant donné la complexité des nombreuses tâches, il existe de nombreux cas où les acteurs de la construction luttent contre la faible productivité, les taux élevés de remaniements et les retards coûteux.

La bonne nouvelle est que le développement des technologies digitales a commencé à changer les choses pour le mieux. Mais il y a encore beaucoup de progrès à faire. L’adoption du numérique, tant sur le terrain que dans les salles de réunion, est encore très limitée et considérée comme un changement radical pour le secteur à l’heure actuelle.

A lire aussi : 5 tendances majeures du marche de la construction

La fragmentation de la chaîne d’approvisionnement, le manque de confiance dans les relations contractuelles et la puissance des habitudes semblent être quelques-uns des facteurs qui font que la construction reste bloquée dans l’époque de la feuille et du stylo.

Ceci étant dit, il devient évident que la numérisation des processus de construction est un périple très exigeant qui nécessite un plan d’action bien défini. De façon plus analytique, voici cinq étapes pour un projet de construction axé sur les données.

5 étapes pour gérer un projet de construction en vous basant sur la data

Se baser sur la data quand on gère un projet de construction, c’est avant tout faire confiance aux chiffres. Les métiers de la construction sont très exigeants et la moindre défaillance peut entraîner des problèmes sévères, tant au niveau de la sécurité du chantier et de ses employés, que sur la réalisation du chantier. Il convient de suivre des procédures pour éviter les problèmes humains ou les retards.

1. Normaliser d’abord, numériser ensuite

Avant de vous embarquer dans votre aventure numérique, il est d’une importance capitale que vous rationalisez tous vos processus et systèmes. De cette façon, vous vous sentirez en confiance en étant conscient des principales sources de difficulté de votre projet et avec l’assurance que tous les intervenants sont sur la même longueur d’onde.

Cette approche normalisée simplifiera le processus de mise en œuvre de votre nouveau logiciel et permettra à vos équipes de terrain de s’adapter et de modifier leurs habitudes de travail quotidiennes plus facilement.

En d’autres termes, la normalisation supprimera toute confusion de votre projet et ajoutera au final davantage de clarté concernant les attentes que vous avez vis-à-vis de vos collègues et des différentes phases du projet.

ETAPE 1 : pour gérer un projet de construction en se basant sur la data : Normaliser !

2. Commencer doucement, déployer rapidement

Dans de nombreux cas, plus vous pouvez effectuer une tâche rapidement, mieux c’est. Néanmoins, lorsqu’il est question de la mise en œuvre d’un logiciel, vous devez commencer doucement puis déployer rapidement. Déployer cette stratégie à l’ensemble de l’entreprise en une seule fois est à coup sûr une démarche suicidaire.

À l’opposé, vous devez commencer de façon prudente en mettant en œuvre la nouvelle solution numérique dans des parties très spécifiques de votre projet. Une fois que vous constatez que les personnes sur le chantier et au bureau l’utilisent comme prévu et en tirent profit, vous êtes prêt pour l’étape suivante.

Outre cela, vous pouvez utiliser les premières personnes à avoir été au contact de l’outil comme vos champions du numérique au sein de l’entreprise. En travaillant avec le nouveau logiciel chaque jour, ils seront les mieux amenés à expliquer son utilité au reste des membres de l’équipe. Ainsi, vous pouvez démarrer une révolution numérique de l’intérieur.

ETAPE 2 : pour bien gérer son projet de construction par logiciel : Commencez en douceur et segmentez !

3. Considérer la formation digitale comme une priorité

Nous avons déjà fait référence à l’importance de commencer votre aventure numérique doucement, mais cela ne suffit pas si vous n’investissez pas dans la formation et l’orientation. Il s’agit d’un paramètre que les entreprises négligent souvent.

En général, il est fortement conseillé de demander de l’aide à votre fournisseur de logiciel et s’il existe une stratégie d’orientation avant de conclure l’affaire. Ceci vous permettra également de voir son degré d’implication auprès de ses clients.

Dès que vous signez l’accord et que le processus de mise en œuvre commence, vous devez organiser des séances de formation approfondies avec vos équipes de terrain afin qu’elles se familiarisent avec l’outil et qu’elles assimilent ses nombreuses possibilités. Si vous ne procédez pas de la sorte, cela revient quasiment à jeter de l’argent par la fenêtre.

Ces séances de formation peuvent également être enregistrées et utilisées pour accueillir un nouvel employé. D’autre part, il serait intéressant de demander au fournisseur de logiciel l’assignation d’une personne spécifique ou d’un mentor à votre équipe. De cette façon, vous bénéficierez toujours de conseils plus personnalisés et en temps réel.

ETAPE 3 : Formez vos équipes aux outils numériques de la gestion de chantier de construction

4. Organiser des réunions régulièrement avec votre équipe

L’un des objectifs de la mise en œuvre d’un nouvel outil numérique dans votre projet de construction est de réduire les appels téléphoniques inutiles et les réunions qui demandent du temps. Mais cela ne signifie pas que vous devez arrêter de communiquer avec votre équipe.

Au contraire, il est essentiel que vous organisiez des réunions avec tout le personnel au cours desquelles vous pouvez échanger vos points de vue sur l’avancement du projet et faire part de toute inquiétude que vous pourriez avoir.

chantier-de-construction-basé-sur-la-data

Comment gérer un chantier de construction-basé grâce à la data | source pexels.com

Grâce à cette approche, vous gardez un contrôle permanent sur votre projet et faites en sorte que tout le monde utilise les outils et équipements disponibles de la meilleure façon qui soit. Au travers de cette communication continue, tout le monde reste sur la même longueur d’onde et peut planifier le développement des opérations dans le respect du planning, des processus et des systèmes en place.

ETAPE 4 : le management de la construction assisté par la donnée ne vous empêche pas de communiquer avec vos équipes !

5. Reproduire les systèmes et processus pour les projets futurs

Dernier point et non des moindres, être en mesure de reproduire vos systèmes dans les projets futurs est l’une des étapes les plus importantes pour la numérisation de vos processus de construction. Pour y parvenir, naturellement, vous devez disposer d’une collecte de données et d’un cadre analytique impeccable qui vous permettront d’améliorer votre stratégie sur le long terme.

Le secteur de la construction se dirige de plus en plus vers la normalisation et la modularisation (par ex. l’entrée d’Amazon sur le marché de la préfabrication), et dans ce sens, parvenir à reproduire vos processus pour les projets futurs est considéré comme un avantage concurrentiel vital qui peut permettre tant à vos projets qu’à votre organisation de prospérer.

ETAPE 5 : Pensez vos projets de construction sur le long terme !

L’adoption du digitale est le prochain obstacle du secteur

Faire en sorte que les personnes sur le chantier adoptent les outils numériques nécessite de leur démontrer à quel point ils peuvent leur faciliter la vie et réduire leur stress au quotidien. C’est la clé pour parvenir au changement de paradigme essentiel qui s’effectue à l’heure actuelle dans la construction.

L'avenir de la construction est basé sur la data

L’avenir de la construction est basé sur la data [source: pexels]

En ce sens, la création et le développement d’un projet axé sur les données passe par un changement culturel à l’échelle de l’entreprise. Commencer Le monde du BTP évolue et la gestion de chantier se fait désormais par la donnée. 5 points essentiels pour ne pas se tromperpar les responsables impliqués dans le projet est sans doute la meilleure stratégie, sachant qu’un déploiement progressif à l’ensemble de l’organisation peut permettre aux personnes de déceler beaucoup plus rapidement la véritable utilité de la transformation numérique.

À propos de l’auteur : Anastasios Koutsogiannis est responsable du contenu marketing chez LetsBuild, la plateforme numérique de bout en bout pour la phase de construction.

Le CSE dans le domaine de l’industrie

CSE industrie

Le CSE [Comité Social et Economique] est une directive mise en place par les gouvernements français successifs avec pour objectif de simplifier le dialogue social en entreprise. A n’en pas douter, les dernières ordonnances Macron altèrent le rapport de force salariés vs patrons et posent de nouvelles règles pour l’entreprise.

Une loi facultative jusqu’au 1er janvier 2020…

La loi sur le CSE et l’industrie n’est pas neuve… La première jurisprudence en date visait à mettre à jour conditions de dialogue dans les entreprises. Elle a été rédigé le 20 décembre 1993 et réclamait aux entreprises de moins de 200 salariés de constituer une DUP (délégation unique du personnel).

Puis vint la loi « Rebsamen » du 17 août 2015 qui étendra le dispositif pour instaurer la mise en place des DUP dans les entreprises de 300 salariés. Or, ces lois n’étaient que facultatives. De nombreuses entreprises, notamment dans l’industrie ne le mettaient pas en place.

Les ordonnances Macron font évoluer le CSE industrie

Les ordonnances Macron ont changé la donne et oblige désormais les entreprises à mettre en place un CSE (la date limite étant le 1er janvier 2020).

Cependant la mise en place d’une démarche CSE n’est pas facile et demande des compétences bien particulières qui passeront immanquablement par de la formation en interne. Vous pouvez aussi souscrire une assistance juridique du cse, afin d’instaurer rapidement les nouvelles normes au sein de l’entreprise, sans faire n’importe quoi.

Dans les cas les plus extrêmes, vous pouvez aussi passer par un manager de transition spécialisé en affaire juridiques et en droit social qui se chargera d’accompagner et de mettre en place les normes nécessaires pour valider cette étape sans embûches.

CSE-dans-lindustrie

CSE dans l’industrie : une transformation profonde des relations Patrons VS Employés (source image Pexels)

Le CSE industrie, c’est quoi ?

La mise en place d’un CSE au sein d’une société permet de remplacer les nombreuses entités qui constituait le contre-pouvoir patronal dans les PMI/PME. La fusion de ces organes a pour vocation de simplifier le dialogue social.

Les principaux organes de négociations et de dialogue étant les deux suivants :

  • CE (comité d’entreprise) : un comité d’entreprise va se charger de la gestion des activités sociales et culturelles établies dans l’entreprise. Les activités prises en charge par le CE sont au bénéfices des employés et financés par l’entreprise à hauteur de 0,2% de la masse salariale brute (au moins).
  • CHST (Comité d’Hygiène et Sécrité au Travail) comme son nom l’indique, la mission du CHST contribue à protéger la santé et de la sécurité des employés et explore des pistes pour tirer vers le haut, les conditions de travail des employés

Missions du CSE dans l’industrie

Le CSE est obligatoire au dela de 10 employés. Selon la taille de l’entreprise, le CSE aura des devoirs différent.

  • dans les sociétés de 11 à 49 salariés : dans les PMI, le CSE permet
    • une bonne application du règlement interne (éviter les abus)
    • vise à protéger les employés en s’assurant que les conditions de sécurité sont respectées
    • fera remonter les remarques ou critiques auprès de la direction
  • dans les entreprises de plus de 50 salariés. Le CSE aura (en plus des missions pré-citées)
    • défendre les salariés et leurs intérêts directs dans le fonctionnement structurel et opérationnel de l’entreprise
    • Mettre en place une politique d’activités sociales au bénéfice de l’employé (ex : assurance, prise eb charge des tickets restaurants)

SOURCES

hxxps://www.cse-guide.fr/le-comite-social-et-economique-cse/#tab-con-11
hxxps://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34474
hxxps://comitesentreprises.compta.net/le-comite-social-et-economique-cse-remplace-le-ce-le-chsct/

Quels sont les risques sur un chantier de construction ?

Nous savons tous que les conditions météorologiques ont des répercussions importantes sur le secteur de la BTP/construction. De mauvaises conditions climatiques ne bénéficient pas professionnels du bâtiment les saisons pluvieuses peuvent ralentir des chantiers entiers en vue des dangers provoqués. Ceci dit, la météo n’est pas le seul risque sur un chantier. Nous résumons ici, les principaux risques sur un chantier de construction.

Les principaux risques à prendre en compte sur un chantier de construction

Utilisez cette liste comme un pense-bête et pour prendre conscience des risques encourus. Il est toujours préférable de sécuriser son chantier, quitte à avancer un peu moins vite que prévue, mais revenir en un seul morceau à la fin de la journée.

Travail en hauteur

La construction oblige souvent les ouvriers à travailler en hauteur. Les blessures et les décès causés par le travail en hauteur représentent de nombreux accidents chaque année. Les risques augmentent à mesure que les restrictions de mobilité entrent en jeu. La formation est un élément essentiel de la sécurité des travailleurs.

Glissades et chutes

Nous le disions en introduction : la pluie peut faire des ravages sur un chantier. Il n’est donc pas surprenant que des glissades, des trébuchements et des chutes se produisent.

Le chef de chantier a beaucoup de choses à vérifier en même temps et ne peut pas être derrière chaque ouvrier. la seule solution et de rester vigilant et de faire attention autour de vous. Ne pas travailler après une soirée arrosée ou en état de fatigue.

Faites aussi très attention aux équipements stockés ou déposés sur le sol qui provoquent de nombreuses gamelles !

Objets en mouvement

Les chantiers de construction évoluent rapidement à mesure que les bâtiments se transforment. S’il est assez facile d’anticiper les mouvements d’un engin de construction sur un chantier plat. Cela devient beaucoup plus complexe sur un chantier qui évolue de jour en jour, voir d’heures en heures.

Les véhicules de ravitaillement, les camions à benne basculante et les équipements de levage aériens peuvent rendre les manœuvres plus difficiles que prévu. Vous devez donc garder les yeux bien ouverts pour limiter les risques d’accidents sur un chantier.

Bruit

Dans le secteur de la construction, le bruit constitue un risque majeur. En effet, un bruit répétitif et excessif provoque des problèmes auditifs irréversibles à long terme. En plus de cela, c’est une distraction dangereuse.

Les employeurs sont tenus par la loi de mener et de documenter une évaluation complète des risques et de s’assurer que le niveau de décibel légal est respecté. Sinon, une paire de bouchons d’oreille ou un casque antibruit feront peut-être l’affaire.

Manutention

Différents métiers impliquent différents niveaux de manipulation manuelle, qui sont tous susceptibles de comporter une forme de risque. Une formation adéquate et pertinente doit être dispensée à tous ceux qui doivent effectuer une manipulation manuelle dans leurs tâches quotidiennes.

Vibrations

Les vibrations répétitives dues à l’utilisation prolongée d’outils électriques et d’équipements de travail au sol comme le marteau piqueur peuvent conduire au syndrome du système main bras comme il est couramment appelé.

risque sur un chantier industriel

Quels sont les risques sur un chantier industriel ? sources : pexels

Effondrements

Des effondrements de tranchées se produisent et peuvent blesser gravement les travailleurs. Des précautions doivent être planifiées avant que ce type de travail ne se produise. Encore une fois, les travailleurs doivent rester en sécurité avec une évaluation des risques efficace. Avoir des secouristes formés sur place pour aider en cas d’accident est également très important.

Amiante

Les gens croient à tort que l’amiante est une chose disparue depuis les années 80. Sachez qu’il n’est interdit que depuis 1997.

Il existe encore 20 millions de Tonnes d’amiantes disséminées dans les bâtiments en France dénonce le magazine bastamag [2]. Ces matériaux doivent être éliminés correctement et légalement. L’amiante entraîne également des cancers du poumon, du mésothéliome et de l’asbestose liés à l’amiante.

Électricité

De nombreux ouvriers de chantiers sont électrocutés chaque année compte tenu du faible niveau de sécurisation sur certains chantiers. Cette tendance implique généralement des travailleurs qui ne sont pas des électriciens qualifiés mais qui effectuent des travaux électriques. Encore une fois, la formation est très importante pour limiter les risques sur un chantier.

Maladies respiratoires

Ce n’est pas seulement l’amiante qui cause des maladies et des problèmes respiratoires. Des poussières de matières dangereuses se dégagent sur les chantiers de construction et peuvent être respirées par des ouvriers peu méfiants. Les maladies à long terme comprennent les problèmes pulmonaires, la silicose et l’asthme. Tous les EPI délivrés doivent être utilisés et utilisés correctement. Si vous n’utilisez pas votre équipement correctement, cela pourrait éventuellement mener à une enquête HSE, sans parler de problèmes de santé à long terme.

SOURCES :
[1] : http://www.chu-rouen.fr/page/syndrome-des-vibrations-du-systeme-main-bras
[2] : https://www.bastamag.net/En-France-il-reste-20-millions-de-tonnes-d-amiante-disseminees-dans-les

Quelles sont les conséquences des tarifs Trump sur le marché de la chaussure et du vêtement ?

La prévision de nouveaux tarifs que Donald Trump envisage d’imposer aux produits importés de Chine, du Mexique et d’Europe fait déjà frémir le marché et l’ensemble du secteur industriel. Dans cet article nous analyserons comment les derniers «tarifs Trump» affectent les consommateurs, les marques, les détaillants et les fabricants dans le secteur de la chaussure.

Read the rest of this page »

Quels sont les différents types d’usinage ?

different type d'usinage

L’usinage est un processus de fabrication très courant et polyvalent pour concevoir des pièces.. Usiner permet de travailler les métaux, les plastiques, les composites et le bois plus facilement. Cet article détaillera les différents types d’usinage trouvés dans l’industrie.

Read the rest of this page »

PME : quels services externaliser et pourquoi ?

Eternalisation industrie

L’externalisation n’est pas une démarche strictement réservée aux grandes structures internationales. C’est aussi un moyen efficace pour les PME de se décharger de certaines tâches chronophages et moins rentables pour l’entreprise. Quelles sont les fonctions à déléguer à un prestataire externe et pour quelles raisons ? Éléments de réponse.

Read the rest of this page »

Comment se porte le marché des voitures neuves en France ?

voiture en France

Le marché de la production automobile est l’un des secteurs les plus prospères. En constante évolution depuis 2014, mais qu’en est-il de ces derniers mois ?

Read the rest of this page »