Archives

now browsing by author

 

Pourquoi devriez-vous tous acheter un distributeur de scotch automatique ?

Le scotch est un des indispensables pour de nombreux particuliers, mais encore davantage pour les entreprises. L’achat d’un distributeur de scotch automatique industriel est une solution facile à mettre en place pour optimiser la production et l’efficacité des manutentionnaires. 

Cet article est co-rédigé avec le distributeur de scotch Derfi – spécialiste des dévideurs automatiques pour industrie.

Optimisation de la production : les méthodes varient 

Il existe plusieurs astuces pour améliorer la productivité d’une industrie. Certaines méthodes demandent des moyens techniques coûteux comme l’investissement cobotique ou l’achat de machines industrielles. D’autres méthodes existent, certes moins avancées, et peuvent aussi vous permettre d’accélérer drastiquement la cadence de vos ouvriers et de la production en général.

En matière d’optimisation de la productivité, les détails sont très importants. Par exemple, la bonne tenue d’un chantier permettra de limiter les accidents et facilitera la circulation des matériaux et des personnes. Un entrepôt de stockage bien rangé permettra de faciliter l’indexation des produits.

L’exemple dont j’aimerais vous parler aujourd’hui est le distributeur de scotch automatique. Petit appareil oh combien efficace pour accélérer la productivité des manutentionnaires et diminuer la pénibilité de leur travail. Voyons pourquoi il est indispensable. 

Pourquoi vous parler d’un distributeur de scotch adhésif ?

Quand on parle optimisation de la productivité, on pense souvent aux méthodes AGILE, aux techniques de management, aux méthodes KAIZEN souvent difficiles à mettre en place chez la PMI. Ces théories de management sont efficaces, mais demeurent très complexes pour la petite industrie.

Nous avons alors choisi l’exemple du distributeur de scotch, car il est assez parlant pour tous. En effet, le scotch est un objet du quotidien très utilisé dans les entreprises du monde entier. Scotcher est un geste contraignant pouvant provoquer des problèmes de dos importants sur le long terme.

Le distributeur de scotch automatique s’inscrit dans cette démarche et propose d’optimiser un processus difficile pour de nombreux manutentionnaires. Pour un investissement minimum, une entreprise peut rapidement augmenter la productivité de ses équipes logistique par l’achat de ce petit appareil. 

L’amélioration des conditions de travail diminuera le nombre d’accidents du travail et rendra les conditions bien plus supportables.

Le distributeur de scotch automatique est donc le parfait exemple que les petits détails comptent dans l’optimisation globale d’une entreprise. L’investissement reste relativement minime et peut apporter un meilleur confort de travail à vos équipes. 

Distributeur de scotch Derfi

Avantages d’un distributeur de scotch automatique

“Ce sont les petits détails qui font les grandes victoires”. Cette citation d’un anonyme résume bien l’esprit d’une entreprise en pleine phase d’optimisation. En effet, une industrie efficace doit être capable de se remettre en question et trouver des moyens d’optimiser ses processus.

Nous trouvons 5 avantages majeur à l’utilisation d’un distributeur de scotch automatique pour une PMI. 

Un travail moins pénible pour les manutentionnaires

Couper et coller du scotch à longueur de journée peut vite devenir rébarbatifs voir usant, pour les manutentionnaires. En effet, la répétition des gestes a des conséquences directes sur la santé. Le distributeur de scotch industriel permet de supprimer les quelques mouvements de trop pour améliorer sensiblement les conditions de travail de vos employés. 

L’usage d’un distributeur de scotch industriel réduit les gestes inutiles et répétitifs en industrie, et diminue le nombre d’accidents du travail. 

Plusieurs modes de fonctionnement

Chaque appareil dispose de plusieurs modes de coupe pour faciliter le travail des employés. Les trois modes les plus courants sont la coupe manuelle, la coupe semi-automatique ou l’automatique.

Chaque mode permet de s’adapter à la cadence de travail et offre une découpe précise sans danger pour la santé des manutentionnaires. 

Gagner du temps

Le distributeur de scotch automatique permet de gagner du temps en limitant les mouvements difficiles des employés. Le dévidoir permet par exemple le remplacement automatique des rouleaux d’adhésifs. 

Moins de gaspillage 

Un distributeur de scotch industriel permet d’obtenir des coupes précises qui évitent le gâchis. Vous n’utilisez que le nécessaire pour la production. Au besoin, vous pouvez changer de mode et passer de l’automatique au manuel afin d’emballer un carton. 

Investissement minimal

Un distributeur de scotch ne coûte pas très cher et peut réglementer la vitesse de production d’une équipe. Il existe plusieurs entreprises comme le distributeur de scotch Derfi, qui propose des scotchs industriels de bonne qualité.

Conclusion

Qu’il s’agisse d’un distributeur de scotch industriel ou d’un autre objet du quotidien, il est important de penser au global pour l’optimisation des processus de production d’une entreprise.

SOURCES

Crédits image : Pixabay

Formez-vous aux métiers de la logistique et du transport

Avec la crise du Covid-19, les achats via les E-commerces ont explosé. Il est donc important pour les entreprises d’avoir une logistique optimale pour une production bien rodée et des experts capables de comprendre les enjeux de ce service à part. 

Read the rest of this page »

Le rack de rangement : l’outil idéal pour optimiser son espace de stockage

L’entrepôt tient une place stratégique dans l’agenda du supply chain manager. Organiser, prévoir et ranger font parties des inaliénables qualités à avoir si l’on souhaite améliorer la gestion d’un stock de marchandises. Cette optimisation ne se fait pas sans quelques méthodes ou accessoires incontournables comme le rack de rangement industriel.

Read the rest of this page »

Supply Chain Manager : aux commandes des stocks et la logistique

Le/a Responsable Supply Chain est un professionnel qui officie dans le secteur de la production et dans celui de la logistique industrielle. Encore connu sous les appellations de Supply chain manager, Materials manager ou Responsable de la gestion de production, ce spécialiste est en charge de la gestion des stocks et de la logistique au sens large.

Dans cet article, nous faisons un grand format sur le Responsable Supply Chain, en levant un coin de voile sur ses missions, les compétences requises, son traitement salarial et le profil de recrutement.

Les missions du Responsable Supply Chain

Au sein d’une entreprise, le Responsable Supply Chain se charge de plusieurs missions en rapport avec la logistique et la gestion des stocks. On lui reconnaît deux missions principales autour desquelles tournent les actions qu’il mène pour remplir son cahier de charge.

Responsable des flux de marchandises dans l’entreprise

Le Responsable Supply Chain est chargé de la gestion des flux de marchandises et des produits de l’entreprise. Il a également pour mission de manager d’organiser et de piloter les équipes qui travaillent sous sa tutelle.

Manager, prévoir et garantir :  pour remplir ces deux missions fondamentales au sein de l’entreprise, le Responsable de la Supply Chain procède à des réflexions en vue de concevoir le plan directeur, le système d’information et de distribution qui sont, en quelque sorte, les poutres qui soutiennent la politique de la gestion des productions. Lorsqu’il réunit tous les éléments concourant à la création de cette politique, il se charge de leur mise en œuvre et du suivi des mesures prises à cet effet.

Pour résumer, il doit prévoir, manager et suivre les marchandises de l’entreprise

Un intermédiaire essentielle pour la bonne marche de l’entreprise

Un Responsable de la Supply Chain joue le rôle d’intermédiaire entre les différents acteurs (internes et externes) intervenant dans la gestion des flux et des logistiques de l’entreprise.

Au niveau des acteurs internes, il collabore avec les services chargés de la production, de la distribution, de la planification et des achats.

Producteurs, les fournisseurs et les grossistes sont les principaux acteurs externes avec lesquels il collabore. Sa mission d’intermédiaire se résume à coordonner les flux d’informations logistiques entre les différents acteurs précités.

En charge des ressources logistiques de l’entreprise

Il se charge d’arbitrer et de réallouer les moyens et les ressources de l’entreprise, en prenant en compte les résultats et les stratégies définies. Ces moyens et ressources sont souvent humains, financiers ou économiques, matériels, et liés aux aspects de la gestion du temps et des délais.

Gestion des stocks

Comme indiqué plus haut, le Responsable Supply Chain est un maillon essentiel de la gestion des stocks de l’entreprise. Ainsi, il a deux rôles importants en ce sens.

  • Définir et d’optimiser les stocks de produits ou de matières de l’entreprise. Il s’occupe aussi de distribuer et de placer les produits dans l’entrepôt, en respectant le seuil ou les quantités imposées par le client.
  • Anticiper les demandes et les besoins des clients en termes de produits finis. Pour ce faire, il se base sur les prévisions de vente de l’entreprise et sur les stocks de produits disponibles sur le long terme.

Pour finir, le Responsable de la Supply Chain arbore le rôle de conseiller au sein de l’entreprise. Dans ce rôle, il est chargé d’émettre des propositions allant dans le sens de l’amélioration et de l’évolution de la logistique de l’entreprise. Il doit se tenir au courant des avancées technologiques afin de proposer des pistes de solutions et des mesures pour mettre l’entreprise à jour.

Responsable Supply Chain : un métier entre gestion et logistique

Les compétences requises pour devenir Responsable Supply Chain

Six grands mots résument les compétences du Responsable Supply Chain : gestion, planification, organisation, évaluation, contrôle et management.

  • Gestion : le Responsable de la supply chain est un gestionnaire et un organisateur charismatique doté d’une rigueur et d’un sens de l’analyse appréciables.
  • Planification : ses compétences de gestionnaire et d’organisateur entrent en jeu lorsqu’il s’agit de gérer les marchandises, d’assurer la liaison entre les collaborateurs internes et externes inclus dans la chaîne logistique de l’entreprise et d’opiner sur les projets supply chain.
  • Contrôle & Organisation : les compétences d’évaluation et de contrôleur du Responsable Supply Chain sont perceptibles à travers l’anticipation de l’évolution du marché et l’établissement d’une perspective sur les demandes de produits et de services. Il évalue également l’efficacité des politiques de gestion des flux et des stocks mises en œuvre à travers son leadership.
  • Gestion & Management : le Responsable Supply Chain est un manager confirmé. Il fait preuve de fortes capacités relationnelles, de charisme et de pragmatisme. Diplomate, ferme et pédagogue, il gère les équipes qui travaillent sous sa hiérarchie. En outre, ses compétences se déclinent en la communication, la lecture et la rédaction de certains documents ou rapports d’activités en anglais.

Le salaire du Responsable Supply Chain

En France, un Responsable Supply Chain est rémunéré entre 2 500 et 5 000 euros bruts par mois. Le salaire médian est donc de 3 667 euros mensuels. Pour prétendre à une fonction de Responsable Supply Chain, quelles sont les études et formations requises ?

Études et Formations

Pour devenir Responsable de la supply chain au sein d’une entreprise ou d’un site, il faut, bien évidemment, avoir effectué des études et des formations spécifiques. Quel est donc le profil de recrutement du Responsable Supply Chain ?

Les domaines de formation exigés pour les postulants à un poste de Responsable Supply Chain sont :

  • La Logistique
  • Le Commerce
  • La Gestion.

Les Responsables Supply Chain sont titulaires d’un Master 2 dans l’une de ces filières de formation. Toutefois, les titulaires d’un diplôme d’ingénieur en Logistique, en Gestion ou en Commerce sont aptes à occuper le poste de Responsable Supply Chain.

Par ailleurs, précisons que le poste de Responsable Supply Chain est réservé aux personnes expérimentées. Une expérience professionnelle est exigée lorsque la personne doit officier sur un site industriel.

En plus des études et des formations requises, le candidat à une fonction de Materials Manager doit faire preuve d’une maîtrise de la langue de Shakespeare. L’anglais est donc une condition essentielle pour avoir accès à ce métier.

Perspectives ?

La fonction de Responsable Supply Chain est évolutive. Sur le long terme et après avoir fait ses preuves, le Responsable Supply Chain peut devenir le directeur de production, le directeur des opérations ou le directeur de centre de profit.

Interview d’un responsable supply chaîne spécialisé dans les douanes

Réaliser un site web industriel : se poser les bonnes questions

Réaliser un site web pour une industrie n’est pas une mince affaire. Un projet de création ou refonte peut prendre plusieurs moi si celui-ci est mal agencé au départ. Il est alors essentiel de se poser les bonnes questions afin de faciliter le travail des équipes marketing. Le choix de la technologie utilisée est primordial, car c’est elle qui va fixer les méthodes de création du site. Faut-il choisir une solution open-source ou propriétaire ?

Hormis l’aspect purement esthétique du site, celui-ci doit être pensé pour vos visiteurs. Qu’attendent-t’ils d’un tel outil ? Comment vont-ils l’utiliser ? Vous l’aurez compris, de nombreuses questions vous attendent.

A quoi sert un site web pour une industrie ?

Au delà de l’aspect formel et de l’esthétique pure, le site web industriel doit pouvoir répondre à certains objectifs clés.

  • Amener du trafic ciblé dans le but d’informer votre future clientèle. Le monde de l’industrie est rempli de clients et de fournisseurs à la recherche d’informations. Publier des pages de contenus de bonne qualité autour de votre domaine est un excellent moyen de vous faire connaître auprès de nouveaux prospects.
  • Vendre des produits : il est tout à fait envisageable de créer un site e-commerce de vente de produits industriels. Nous l’avons vu pour les leasings de voiture ou les location de machines outils qui se commandent en ligne directement.

Comment choisir sa technologie web ?

La question peut sembler épineuse et doit être réfléchie en amont. Il existe différentes solutions pour créer un site web fonctionnel pour une industrie, mais toutes ne répondent pas aux même exigences.

Le monde des sites web est actuellement dominé par la technologie WordPress. Représentant plus de la moitié des sites web dans le monde, cette technologie est une valeur sûre pour qui souhaite créer un site internet rapidement et de bonne qualité.

WordPress : des bienfaits de l’open source

L’un des gros avantages de WordPress, c’est que c’est une technologie open source. On parle de technologie open source, lorsque les ressources de créations sont mises à disposition de tous pour créer un environnement personnalisé. Ainsi, nul besoin de réinventer la roue.

WordPress est constitué de blocs de contenus et autres plugins à assembler et à personnaliser.

A la manière d’un grand jeu de LEGO, WordPress est le numéro 1 mondial des sites web. Cependant, sa mise en place peut se révéler complexe pour les néophytes (surtout si vous n’avez pas le temps, ni les compétences). Le plus simple est encore de passer par une agence de création de sites web spécialiste de WordPress pour faire le job !

Technologie propriétaire : moins de résilience pour plus de séduction

Dans la grande majorité des cas, un site vitrine sera amplement suffisant et WordPress aussi, même pour les questions ou ergonomies les plus poussées. Sache qu’il existe d’autres techniques pour mettre en place des sites.

On parle alors de solutions et technologies propriétaires. Une technologie propriétaire signifie que le code source appartient à une entreprise (ex Microsoft).

Ce code diffère de WordPress et répond à des problématiques plus spécialisés (ex création de logiciels). Son pouvoir de séduction est assez grand, car les méga-corporations dépensent des sommes astronomiques pour mettre en avant leurs technologies. Les enjeux financiers sont bien entendus considérables..

Cela n’est pas sans poser de problèmes pour les PME industriels, surtout lorsque la « Big Corp » dernière décide de changer ou d’abandonner une technologie jugée obsolète..

Les grandes étapes pour créer un site web industrie

Communiquer et produire du (bon) contenu pour un site web industriel

Une fois ces premières questions résolues vient le moment de la stratégie web. Celle-ci intervient lorsqu’il faut créer du contenu pour remplir toutes ces pages, faire le choix d’une ergonomie, penser aux messages à diffuser.. bref communiquer !

On ne communique pas par hasard sur un site web. Chaque page doit avoir un intérêt propre. Vous pouvez par exemple

  • Présenter votre expertise, votre équipe, vos valeurs…
  • Lister vos produits et en expliquer le fonctionnement
  • Proposer du contenus bonus, comme une newsletter avec des conseils inédits
  • Parler des actualités du marché avec un blog.
  • Mettre en avant des initiatives ou des événements liés à votre entreprise

Ces techniques assez classiques vous permettront de communiquer sereinement sur internet. l’objectif étant de produire suffisamment de contenu pour créer de la valeur et attirer l’attention. En produisant un contenu de bonne facture, vous pouvez gagner des positions sur Internet et cela vous aidera à gagner des leads..

Vous n’arrivez pas à produire du contenu de qualité pour votre site web industriel ?

Contactez-nous !

Les leads B2B : le nerf de la guerre !

Communiquer aura comme objectif final l’acquisition de leads marketing. Un « lead » est ce que l’on peut appeler un contact client. L’acquisition des leads est primordiale sur un site web, car c’est ce qui va vous permettre de rentabiliser les coûts de fabrication et de maintenance de votre site.

Il existe plusieurs leviers pour générer des leads qualifiés. Voici quelques exemples qui fonctionneront en complément des actions indiquées précédemment  :

  • Ajouter des boutons de « Call to Actions » : ces techniques vous aideront à inciter au clic et à renvoyer les visiteurs vers votre page de contact. Les commerciaux pourront alors prendre le relai.
  • Création de pages de destination : beaucoup de gens pensent encore que l’on entre dans un site web depuis la Homepage.

    C’est évidemment une vision biaisée de l’acquisition de trafic. En effet, les points d’entrées d’un site web sont très nombreux et variés. Tout expert en référencement web vous le dira. C’est dans cet optique qu’il est avantageux de créer plusieurs points d’entrées pour un site web.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair autour de la création de sites web pour industrie. Si toutefois, il vous reste des doutes ou si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à nous les formuler ci-dessous ou via notre formulaire de contact.

SOURCE IMAGES : Pexels.com

Industries : L’importance de la maintenance préventive

La maintenance industrielle est cruciale à tout au long du cycle de vie d’une machine de production. Son principe est simple : maintenir en bon état de fonctionnement une machine industrielle le plus longtemps possible. Cela comprend plusieurs actions aussi bien techniques, qu’administratives mais aussi managériales pour garder en bon état son parc de machine et optimiser la maintenance de son système de production le plus longtemps possible

Réparer plutôt que d’acheter à nouveau

Quand on connaît les coûts d’achats des équipements industriels, on comprend vite pourquoi il est important de soigner ses outils. En effet le taux d’investissement moyen est bien plus élevé dans l’industrie que dans n’importe quel autre domaine.

La maintenance des équipements est donc une nécessité qui permet d’optimiser ses investissement notamment via des outils comme le retrofit.

rapport de l’investissement machine industrielle en France

Le rétrofit de machine-outils : qu’est-ce que c’est ?

Toute maintenance de machines nécessitera des pièces de rechange. C’est une constante qu’il faut prévoir et cela s’appelle le rétrofit des machines outils.

Cela consiste à remplacer les éléments défectueux des machines ou de remplacer des éléments obsolètes par d’autres plus efficients ou plus sécurisés. Un rétrofit bien géré permet d’offrir une seconde vie à vos machines, à un coût moindre que celui qu’engendrerait un remplacement complet des machines-outils.

Les grands principes de la maintenance industrielle

La maintenance industrielle se base sur les quatre principes suivants : événements, méthodes, opérations et activités connexes. Ces principes répondent au besoin systémique lié au cycle de vie de la machine.

Ils permettent de catégoriser les grands besoins de toute machine industrielle et de mieux gérer sa maintenance, nous avons :

  • Evenements : les événements sont ce qui cause l’intervention de maintenance, cela peut être par exemple la survenue d’un incident ou d’une défaillance.
  • Méthodes : Les méthodes font référence aux types de maintenance (préventive, corrective, préventive conditionnelle ou systématique…).
  • Opérations : Les opérations, qui sont le 3e aspect de la maintenance, font référence aux actions menées. Cela peut être le contrôle, la réparation ou autre.
  • Activités connexes : Enfin, les activités connexes sont les actions qui sont en lien avec la maintenance de manière indirecte (sécurité ou comptabilité par exemple).

Les types de maintenance industrielle

Il existe plusieurs façons d‘organiser sa maintenance industrielle. En effet, le choix d’un type de maintenance est assez complexe et doit prendre en compte les coûts inhérents liés à la maintenance elle-même mais aussi les coûts liés à l’éventuelle perte de production que cela peut générer.

maintenance corrective Palliative

Une maintenance corrective palliative a pour but de prendre en charge une défaillance totale ou partielle pour y réaliser une réparation ponctuelle. Elle est appliquée lorsque le coût de l’arrêt de la production industrielle ne peut-être envisagé. Ce type de maintenance ne permet pas de résoudre complètement le problèmes, mais peut sauver la production.

maintenance préventive

La maintenance préventive permet de de prévenir la potentielle de défaillances avec toutes les conséquences néfastes que cela peut engendrer. C’est un principe à appliquer sur les entreprises qui ne disposent que de peu de stocks ou d’espace de stockage pour leurs produits.

Exemple d’entreprise à maintenance préventive : toute entreprise qui opère dans le juste à temps de sa production ou dont les produits doivent être vendus et renouvelé en permanence.

Maintenance systématique

La maintenance systématique se prévoit selon un planning établi à l’avance, avec une périodicité de vérification fixée en fonction du temps, du nombre de cycles d’un appareil ou de tout autre paramètre pertinent.

La maintenance qui est réalisée de manière systématique est nécessaire pour les appareils qui peuvent être à l’origine d’accidents graves (appareils de levage, transports, industrie chimique…).

Maintenance conditionnelle

Une maintenance est conditionnelle se déclenche quand un événement spécifique survient. Ce type de maintenance requiert des mesures et des analyses en temps réel sur le matériel qui doit être surveillé et sur certains de ses paramètres (niveau d’eau, d’huile, température, pression…).

La maintenance conditionnelle est une bonne approche pour éviter les pannes accidentelles sur vos appareils. Elle peut être mise en place en complément d’autres cycles de maintenance.

maintenance curative

La maintenance curative est nécessaire lorsqu’une panne survient et qu’un dépannage urgent est nécessaire afin d’opérer un diagnostic et de réparer la panne.

Contrairement à la maintenance corrective palliative, qui consiste à réparer temporairement un équipement, la maintenance curative s’applique lorsqu’une machine ou une installation est tombée en panne et ne peut être réparée. Dans ce cas, il est nécessaire de remplacer l’équipement partiellement ou dans sa totalité. Parfois, cette maintenance a lieu après une maintenance préventive ou corrective.

Dans l’industrie, d’une valve bloquée par la corrosion ou déformée par un choc peut par exemple empêcher une machine de continuer à fonctionner correctement. Elle devra être remplacée afin de rétablir un fonctionnement correct de la machine.

La maintenance dite “curative” peut donc être considérée comme la réparation la plus urgente, d’un équipement défectueux ou endommagé. Une telle intervention peut être très coûteuse et il est primordial de miser sur la maintenance en amont, préventive.  n’en pas douter les types de maintenance sont complémentaires.

Exemple d’entreprise à maintenance curative : Une entreprise qui dispose de nombreux articles en stocks peut se permettre d’arrêter sa production le temps de réparer sa machine outils. Typiquement, la maintenance curative peut s’appliquer aux industries qui travaillent avec une saisonnalité forte (ex secteur de la pêche)

l’importance maintenance industrielle (source : unsplash)

Coût de maintenance industrielle

Assez difficile à budgétiser, prévoir la meilleure approche possible est cependant un impératif. Il faut pur cela décortiquer chaque process avant de choisir le type de maintenance industrielle à prévoir. De plus cela engendrera des coûts humains et une restructuration potentielle des équipes et des process.

N’oubliez pas le rétrofit machine outils pour économiser des coûts de maintenance industrielle

Faire appel à une entreprise de maintenance industrielle vous permet de vous assurer que la maintenance est réalisée dans les règles et vous permet de mieux gérer vos process et vos coûts en réalisant un planning de suivi de la maintenance. HD Automatisme est une société de maintenance industrielle, distributeur agréé Fagor et Yaskawa.

Avantages de la maintenance préventive

La maintenance réalisée de manière préventive est essentielle. Elle permet de mieux éviter les défaillance et de mieux se préparer à ces événements indésirables lorsqu’ils surviennent, ce qui permet notamment de mieux gérer les coûts industriels. Elle est planifiée et peut être soit systématique soit conditionnelle.

Elle cherche à rallonger la durée de vie des outils, des équipements et des machines industrielles, qui peuvent coûter très cher lorsqu’il faut les réparer en urgence ou les remplacer.

Une maintenance préventive bien orchestrée permet d’anticiper et d’éviter les arrêts intempestifs des machines et offrira de meilleures conditions de travail aux ingénieurs.  Un parc industriel en bonne santé permet également de prévenir les accidents industriels, d’où son importance indéniable.

Exemple de maintenance pneumatique industrie RÉUSSIE CHEZ Renault Michelin

Renault Michelin est devenu un exemple en matière de maintenance préventive dans sa façon de s’adapter au marché du pneu pour poids lourds. En effet, ils ont décidés  de passer de la vente de de pneus poids lourds à leurs locations et à leurs entretien.

Ce faisant, ils ont diminué par trois fois leur consommation de matière première en augmentant leurs marges !

L’offre s’est avérée plus convaincante pour le clients qui n’avaient plus à gérer tout un tas de contraintes relatives à l’usure, à l’installation des pneus ou même au gonflage. Cette innovation radicale à permis au géant de l’automobile d’augmenter sa part de marché en Europe de 50% (source : L’économie Symbiotique : isabelle DELANNOY)

source graphique : https://www.la-fabrique.fr/fr/chiffre-cle/297/

Quelles sont les différences entre Robotique et Cobotique ? 

Le secteur de  la production industrielle est sujet à bien des mésententes autour de l’innovation. En effet, la technologie évolue si rapidement que les capitaines d’industrie peinent à en comprendre tous les concepts. Parmi ceux là existe la cobotique, souvent confondue avec sa cousine la robotique. En effet, les entreprises prêtes à investir dans l’achat d’un robot ont souvent des idées fausses sur la technologie qu’elles veulent mettre en œuvre. Quelle est la différence en Robot vs Cobot ?

Robot vs Cobot : différences et similitudes

Illustrons notre propos par un exemple parlant du secteur automobile. Ce secteur est sujet subit de grosses variations de besoins opérationnels en fonction des missions de chaque producteur, de son contexte et de sa clientèle. Si investir dans un robot industriel ne devrait pas poser trop de problèmes dans un monde simple, cela devient nettement plus difficile dans un monde mouvant en permanence.

Pourquoi cela ? Car la définition des besoins est un enjeu essentiel pour investir sur la bonne machine. N’oublions pas que les machines industrielles sont parmi les plus chères de toutes

Achat ou location de machines industrielles ? Que choisir ? 

En effet, la robotique utilisée par les grands constructeurs automobiles s’avère dès lors très différente des robots de maintenance “plus classiques” utilisés dans d’autres PMI. La complexité et les enjeux évoluant à la vitesse de l’éclair imposent une veille permanente aux dirigeants d’entreprises et aux acheteurs qui les accompagnent.

Il existe donc des contrastes importants en termes de capacité, de sécurité et de programmation qu’il est important de bien comprendre pour quiconque souhaite faire une mise à niveau de son automatisation. La maîtrise des concepts de production est donc une étape essentielle. Quel rapport avec la cobotique me direz-vous ? J’y viens !

Principales différences entre les cobots et les robots industriels

La façon la plus simple de comprendre la différence entre les cobots et les robots industriels est de savoir que les cobots sont conçus pour travailler aux côtés d’employés humains, tandis que les robots industriels travaillent à la place de ces employés.

Un cobot peut aider les employés à effectuer un travail qui peut être trop dangereux, trop pénible ou trop fastidieux pour qu’ils l’accomplissent seuls. La mise en place de la cobotique accroît ainsi la sécurité sur un chantier ou dans une usine de production, sans pour autant supprimer les emplois d’usine impliqués dans la fabrication d’un produit.

La cobotique mets l’humain au centre de la fabrication industrielle et permet un usage plus souple des machines et des procédures. 

En revanche, les robots industriels sont utilisés pour automatiser le processus de fabrication presque entièrement sans aide humaine sur le lieu de travail. Cela libère les employés pour des tâches plus significatives, moins banales et moins sujettes aux blessures dues aux mouvements répétitifs.

Les robots sont donc utilisés en priorité pour les gros volumes industriels ou la fabrication de pièces d’industries tandis que la cobotique accompagne la construction d’ouvrages plus ambitieux

La cobotique est plus facilement reprogrammable

Les cobots sont également plus facilement programmables que les robots industriels, car ils sont capables d’apprendre” sur le tas. Un ouvrier d’usine peut reprogrammer un cobot simplement en déplaçant le bras sur la piste souhaitée.

Le cobot “se souviendra” du nouveau mouvement et pourra le répéter de façon autonome. Les robots industriels ne peuvent pas être reprogrammés aussi facilement et nécessitent qu’un ingénieur écrive un nouveau code pour que les changements de processus puissent être mis en œuvre.

Les robots conçus pour de la fabrication lourde

En raison de leur taille et de la nécessité de travailler à proximité des humains, les cobots ne sont pas conçus pour la fabrication lourde. Les robots industriels peuvent manipuler des matériaux plus lourds et plus grands, comme ceux utilisés dans la construction automobile.

Cobot VS Robot : moins de contraintes de sécurité pour les cobots

A la différence des cobots, les robots et ont besoin d’un espace de sécurité renforcé comme une cage de sécurité pour empêcher les humains d’entrer dans l’espace de travail. Les cobots sont suffisamment sûrs pour fonctionner autour des personnes et n’ont pas besoin du même type d’infrastructure de sécurité que les robots industriels.

Idées reçues sur la robotique et la cobotique

L’investissement dans un parc de robots est une solution efficace pour réduire les risques sur un chantier industriel et pour augmenter l’efficacité de production. Implémenter de façon correcte, elle remplacera facilement l’embauche d’ouvriers peu qualifiés. Pourtant des malentendus existent sur la manière d’implémenter des solutions robotiques de façon efficaces.

Robotique vs cobotique : cela ne remplacent pas toujours les ouvriers peu qualifiés

Les acheteurs mal renseignés attendent trop des solutions cobotiques. Ne connaissant pas la différence entre robots et cobots, ils pensent que ces derniers remplaceront entièrement les ouvriers d’usine peu qualifiés, ou qu’ils se chargeront de tous les travaux de fabrication lourde mieux adaptés à un robot industriel.

Comme expliqué précédemment, les cobots sont spécifiquement conçus pour travailler avec des travailleurs humains, et fonctionnent mieux comme une solution peu perturbatrice aux problèmes de sécurité ou pour la santé des ouvriers (fatigue physique, problèmes de dos etc…)

La cobotique n’est pas une robotique bon marché

Connaître ces différences me semble essentiel pour créer un parc industriel de bonne facture. Les robots industriels ont toujours leur place dans la fabrication et les cobots ne doivent pas être considérés comme un raccourci à moindre coût vers l’automatisation complète du lieu de travail.

Les deux solutions ont des usages complémentaires et un potentiel bien plus important pour révolutionner la fabrication lorsqu’ils sont mis en œuvre correctement.

Configuration et coût de mise en place

Un autre domaine où nous constatons une certaine confusion est celui des options de personnalisation et des coûts. Les cobots et les robots industriels peuvent tous deux être personnalisés, mais de manière différente.

En raison de leur taille et des différences de capacité et d’application, il ne faut pas s’attendre à ce que le coût ou l’ingénierie requis pour les deux machines soient analogues.

différence entre cobot et robot [Crédit Photo : Pixabay]

Certaines marques de cobots ont des conceptions pré-élaborées personnalisables qui réduisent le coût et le temps nécessaires pour adapter votre solution automatisée à un usage standard; Cela implique de prévoir un coût de développement supplémentaire pour les solutions plus complexes.

D’un autre côté, les robots industriels sont souvent disponibles en modèles standard et personnalisés en fonction de l’application. Ces robots sont souvent plus grands, plus complexes et plus coûteux. Enfin, le coût et l’ingénierie nécessaire dépendent entièrement des besoins du client, et la meilleure approche de la robotique est d’être ouvert à un large éventail de solutions.

 

Relocalisons les industries en France avec les agences de développement économique

Avec l’apparition de la pandémie du coronavirus dans le monde entier, l’économie de chaque pays et de chaque état est en dégradation totale. Tout le monde est confiné sans distinction sans aucune lisibilité sur l’avenir de leur pays devant cette situation inédite.

Certains politiques français implorent même de relocaliser l’industrie française. Nous l’avons vu avec la crise des masques, la nécessité de relocaliser l’industrie après le covid-19 se fait bel et bien sentir. Pour autant, est-ce l’avis de tous et surtout, est-ce encore envisageable à l’heure ou la domination chinoise se fait de plus en plus écrasante.

Quelques chiffres sur le marché industriel chinois.

La Chine dispose d’une très grande capacité industrielle, doublée d’une très forte croissance en termes de revenus (cf étude : ibisworld.com). L’innovation est un secteur stratégique pour la Chine, qui n’a cessé de copier les marchés occidentaux depuis plusieurs dizaines d’années déjà.

SERVICES REVENUE GROWTH %
1. Production d’énergie solaire en Chine 32,20 %
2. Services Internet en Chine 30,70 %
3. Les jeux en ligne en Chine 27,20 %
4. Achats en ligne en Chine 22,00 %
5. Fabrication de fibres optiques et de câbles en Chine 20,30 %
6. Services de soutien au forage pétrolier et gazier en Chine 18,60 %
7. Fabrication de voitures et d’automobiles à carburant alternatif en Chine 17,80 %
*source : ibisworld.com/china/industry-trends/fastest-growing-industries/

Pourquoi relocaliser l’industrie française ?

L’importance de relocaliser – a minima les industries de production les plus stratégiques s’avère donc cruciale dans un contexte mondialisé. Pourquoi cela ? Tout d’abord, nous l’avons vu pendant la pénurie de masques, certains secteurs sont prioritaires et nous rendent dépendant d’autres pays qui n’hésitent à se vendre aux plus offrants.

Les secteurs à relocaliser en priorité

Selon un article de BFMbusiness, les secteurs à relocaliser en priorité sont la santé, de l’information, des composants électroniques, des métaux rares, de l’armement ou encore de l’agroalimentaire. Sans une indépendance forte dans ces secteurs stratégiques, nous devenons un pays fragile et dépendant vis à vis des autres puissances économiques.

La relocalisation des PMI en France passent par plusieurs étapes ; l’une d’entre-elles est une étape d’accompagnement sur le territoire français. A ce titre, les agences de développement économique font du très bon travail.

industrie france [source Pixabay]

Qu’est-ce qu’une agence de développement économique ?

Une agence de développement économique a des objectifs bien précis : développer l’économie et les entreprises qui existent dans la province ou dans la région ou elles s’implantent.

Par exemple, investirprovence.com, est une agence de développement économique basée dans le midi. Celle-ci accompagne les entrepreneurs selon leurs situations et leurs objectifs.

Ils pourront les aider à trouver des fonds ou des partenaires, les accompagner dans le recrutement d’ingénieurs ou dans la mise en place d’aides spécifiques à la région. Elles fonctionnent ainsi comme un booster de croissance pour l’industrie en question.

Service Public ou Privé ?

Le fonctionnement d’une telle agence est privé, les entreprises y mettent toute leur entière confiance aux agences de développement économique des territoires. Aussi, ces dernières ont des relations étroites avec des partenaires du secteur publics, c’est pourquoi elles sont très crédibles et utiles aux entreprises.

Quelles sont les missions d’une agence de développement économique industriel ?

Les missions d’une agence de développement économique s‘articulent en plusieurs dimensions. La première autour de l’entreprise, la seconde autour de la région. Ces deux dimensions cohabitent et font d’une agence de développement économique, un partenaire stratégique de choix pour les activité du domaine industriel.

Missions d’une agence de développement économique pour les entreprises

  • Création de l’entreprise : il faut appuyer les propriétaires de projets surtout coté financement et les aider à réaliser ses projets. C’est l’étape du business plan, de la mise en place des stratégies de production, le moment pour prévoir les étape de stockage ou de logistique des produits etc.. C’est aussi un moment crucial pour trouver des fonds d’investissements vers les porteurs du projet.
  • Développement & croissance commerciale: une fois l’entreprise créée, l’agence doit encore l’aider financièrement car au fil du temps l’entreprise peut rencontrer des difficultés qui peut l’entraîner jusqu’à la faillite donc l’agence intervient. On va alors parler d’extension commerciale, voir d’internationalisation de la structure. L’agence de développement économique aidera aussi pour l’innovation la mise en place d’opération immobilières stratégiques.
  • Accueil et démarchage d’entreprises internationales : l’agence a développer un tissu de relations internationales avec des agences correspondantes ou des partenaires à l’étranger.Par exemple, les agences régionales sont les premiers intermédiaires de l’AFII sur le territoire.
  • Reprise et la transmission de l’entreprise : ces changements sont à préparer bien en amont et ces questions cruciales vont aider les entrepreneurs à transmettre leur capital aux futurs dirigeants. L’ agence de développement économique va aider les PMI dans la transmissions avec des professionnels dédiés à ces questions épineuses.

Missions d’une Agence de développement économique pour PMI [Source Pixabay]

Missions d’une agence de développement économique pour la région

  • Miser sur le potentiel attractif de son territoire : chaque région bénéficie d’une offre territoriale à construire et à améliorer. L’une des missions de l’ agence de développement économique , c’est de créer des domaines d’activités autour de ce que la région peut offrir. Par exemple développer les industries navales en Bretagne ou près du Havre.L’ agence de développement économique des territoires aide, conseille et guide à la réalisation de ce projet. Si l’entreprise est dans le secteur de la culture ou du tourisme, alors, l’agence l’invitera à participer au développement culturel ou touristique pour que ce territoire se développe de mieux en mieux. On a l’exemple en Charente Maritime avec le fort développement du tourisme autour de l’île de Ré. La population locale doit sentir un changement appuyé par le développement d’une économie florissante.
  • Promouvoir le territoire pour l’économie: l’ agence de développement économique va proposer des salons professionnels pour mettre en avant de labels ou marques des territoires.
  • Accompagnement des territoires en mutation économique : l’agence est l’interlocutrice priorisée de l’état et de l’entreprise dans le domaine de convention de redynamisation.
  • Privilégier une coopération économique durable et décentralisée : plus le tissu sera complexe et les intervenants nombreux, plus le système sera résilient et riche en possibilité de développement. cherchez des conseils auprès des collectivités étrangères.

Conclusion

Les agences de développement économique sont une vraie opportunité de lutte contre la mondialisation débridée de l’industrie. Se positionnant comme une alternative utile, elles ne sont qu’une partie de la réponse, mais peuvent aider les particuliers, les entrepreneurs ou des sociétés en quête de nouveaux défis.

 

 

 

 

Les low tech sont-elles l’avenir de l’industrie ? 

Développées en marge des évolutions technologiques, les low tech sont une gamme de produits technologiques à basse consommation qui pourraient bien changer la face de l’industrie moderne.

Comme l’indique le scientifiques et experts sur la question  Aurélien Barreau dans l’émission clique.tv  “nous vivons dans une période ou nous devrions être obsédés par l’économie d’énergie, mais au lieu de celà, nous faisons joujou avec des outils toujours plus sophistiqués et gourmands en énergie” (NDLR : en parlant du développement de la 5G).

Les enjeux de demain, autant pour les industriels que pour les consommateurs ne pourront se passer de technologies, mais doivent comprendre que nous vivons dans un monde limité. La croissance n’est donc pas exponentielle, comme veulent nous le faire croire de nombreux économistes contemporains. Face à ce constant, l’émergence des low tech peut se révéler un atout majeur pour nous éviter le pire.

Définition des low tech

Les low tech ou “technologie sobre” s’opposent aux “high tech”. Cette famille d’objets technologiques a pour principe d’être durable, réparable et de consommer le moins possible.

Prenant racine dans les années 60 par l’intellectuel Ernst Schumacher, partisan du « small is beautiful ». Les low tech sont déjà très utilisées dans les pays les moins riches et permettent de réaliser de nombreuses choses sans consommer d’énergies fossiles.

Un changement de paradigme s’impose dans le monde industriel

il ne faut pas être devin pour s’apercevoir que les choses vont assez mal. En effet, le monde semble prêt à s’effondrer et les indicateurs de croissance sont au plus faible. D’ailleurs, cela rejoint les prédictions du Club de Rome qui annonçaient des bouleversements économiques, climatiques et sociaux majeurs au début du XXIème siècle.

Cela s’explique par la mise en production massive de nombreux objets manufacturés et d’une économie toujours plus gargantuesque qui ne demande qu’à croître.. Cela pose la question suivante. Faut-il continuer à produire comme nous le faisons aujourd’hui ?

Comment changer de modèle sans altérer de manière trop brutale l’économie mondiale ?

Low tech VS énergies renouvelables

Les low tech ne s’opposent pas seulement aux High tech, mais cassent aussi les croyances autour des énergies renouvelables. Prenons l’exemple du panneau solaire qui semble être la solution idéale pour entamer une transition écologique durable et moins dépendre du pétrole. Chaque panneau solaire demande d’aller chercher des minéraux rares pour fabriquer un objet qui aura une durée de vie très limité dans le temps avec un bilan carbone plus que discutable.

schéma low tech [source : wikipedia]

Bref, les énergies vertes ou renouvelables ne remettent pas en question le modèle productif actuel. Elles s’adaptent à un modèle déjà trop vieux pour ce monde trop usé. Les low tech proposent l’alternative d’utiliser des matériaux recyclés pour fabriquer une machine réparable, mais qui produira probablement moins.

Nous devons désormais nous adapter aux technologies pour éviter les catastrophes.

Les low tech sont-elles compatibles avec le monde de l’industrie ?

Le champ des possibles est très vaste lorsque l’on aborde la question des low tech. En effet, qui ne rêve pas d’une industrie plus verte, moins coûteuse en énergie carbone et avec des machines facilement réparable ?

Sauf que ce chemin demande forcément quelques sacrifices. En effet, la philosophie derrière les low tech ne mets pas en avant une consommation ostentatoire, une industrie vouée au toujours plus. La mouvance low tech s’inscrit plutôt dans une décroissance sereine en ne consommant que ce qui est nécessaire. Le défi est grand, la question se pose désormais aux industriels. Seront-ils capable de le relever ?

L’industrie de demain va devoir s’adapter aux changements qui modélisent le monde et apprendre à faire mieux avec moins. Les possibilités sont multiples et se situent quelque part entre biogaz, permaculture et DIY.

Calfeutrage d’un bâtiment : joints au silicone VS thermoplastique

Le calfeutrage extérieur permet de renforcer l’isolation thermique du bâtiment et de maintenir l’assainissement de l’air des pièces en évitant la prolifération de moisissures et bactéries. Les entreprises de calfeutrage utilisent différents types de scellants extérieurs : silicone, polyuréthane, thermoplastique, et d’autres qui sont aussi reconnus efficaces. Ces produits jouent le rôle de remparts contre le froid, la chaleur, la pluie et protègent les boiseries et structures de l’humidité.

Depuis quelques années, un scellant intéresse de plus en plus les professionnels du bâtiment : le scellant au silicone. Quels sont les avantages, les inconvénients et les propriétés spécifiques du scellant au silicone ? Explications ci-dessous…

Les avantages du scellant au silicone

Les spécificités de ce produit présentent de nombreux avantages. À l’instar des autres scellants, son application est rapide, durable et facile si appliqués par un professionnel.

On considère aussi que le scellant au silicone possède ces qualités :

  • Facilité d’application avec ou sans apprêt ;
  • Résistant à l’humidité, au soleil, à la pluie, à la pollution ;
  • Bonne adhérence sur de nombreux matériaux : acier, aluminium, verre, bois, béton, plastique ;
  • Résistant à des températures, variantes entre -10 ºC à 40 ºC ;
  • Large choix de coloris au goût du jour s’harmonisant avec les revêtements standards.

A lire aussi : Avantages de la résine anaérobie pour la maintenance industrielle

Les scellants extérieurs sont soumis aux variations de température, au soleil, au gel et à l’humidité ce qui engendre la contraction et la dilatation du matériau. Le calfeutrage doit résister à des températures qui peuvent varier très fortement. C’est pourquoi, les ingrédients des produits scellants sont sélectionnés avec le plus grand soin chez des fabricants reconnus comme l’entreprise québécoise Adfast.

Attention : le calfeutrage au silicone doit être posé par un professionnel afin d’éviter les infiltrations d’eau qui, au fil du temps, entraînant des problèmes de moisissure à l’intérieur des bâtiments.

Pour un travail de calfeutrage de qualité et durable, il est conseillé de demander l’expertise des professionnels en bâtiment qui choisiront le scellant le plus adapté : scellant silicone, polyuréthane ou thermoplastique offrant une excellente durée de vie.

Quel produit utiliser pour un bon calfeutrage polyuréthane ?

Les inconvénients du calfeutrage thermoplastique

Comparativement aux scellants silicone, le scellant thermoplastique contient une quantité non négligeable de solvants. Ces solvants peuvent dégager des COV dans l’air qui sont nocifs pour les utilisateurs. Le professionnel doit donc prendre des précautions pour se protéger lors de l’application du produit.

Autre inconvénient : le scellant thermoplastique peut perdre jusqu’à 40 % de son volume au moment de l’évaporation des solvants. En réduisant de volume, les conséquences se constatent sous forme d’un décollement visible du calfeutrage et de l’apparition des fissures de surface qui n’assurent plus l’étanchéité du calfeutrage.

Au Canada les professionnels préfèrent un scellant québécois et écologique. Au fil des années les entreprises de calfeutrage ont expérimenté bien des produits et bien des marques avant de préférer le scellant silicone et ce, sans dénigrer les polyuréthanes ou thermoplastiques qui sont des produits qui restent très utilisés et qui ont fait leurs preuves.

Dans le secteur du calfeutrage, le scellant au silicone de l’entreprise québécoise Adfast, située à Ville Saint-Laurent (banlieue de Montréal) ont acquis une belle réputation et est une référence dans le secteur des joints d’isolation et du calfeutrage de portes et fenêtres.

Entreprise certifiée ISO 9001, les produits Adfast sont soumis à des normes de fabrication rigoureuses dans le respect de l’environnement. Le scellant en silicone est garanti efficace, écologique et sans solvants toxiques.

En résumé

L’utilisation du scellant thermoplastique est limité. Il ne doit pas entrer en contact avec certaines surfaces : support goudronné et panneau isolant en polystyrène. Le scellant thermoplastique doit être travaillé dans des lieux aérés il peut émettre des COV nocifs pour la santé. C’est pourquoi les produits scellant en silicone et en polyuréthane sont souvent privilégiés dans le calfeutrage d’un bâtiment.