Les low tech sont-elles l’avenir de l’industrie ? 

low tech

Développées en marge des évolutions technologiques, les low tech sont une gamme de produits technologiques à basse consommation qui pourraient bien changer la face de l’industrie moderne.

Comme l’indique le scientifiques et experts sur la question  Aurélien Barreau dans l’émission clique.tv  “nous vivons dans une période ou nous devrions être obsédés par l’économie d’énergie, mais au lieu de celà, nous faisons joujou avec des outils toujours plus sophistiqués et gourmands en énergie” (NDLR : en parlant du développement de la 5G).

Les enjeux de demain, autant pour les industriels que pour les consommateurs ne pourront se passer de technologies, mais doivent comprendre que nous vivons dans un monde limité. La croissance n’est donc pas exponentielle, comme veulent nous le faire croire de nombreux économistes contemporains. Face à ce constant, l’émergence des low tech peut se révéler un atout majeur pour nous éviter le pire.

Définition des low tech

Les low tech ou “technologie sobre” s’opposent aux “high tech”. Cette famille d’objets technologiques a pour principe d’être durable, réparable et de consommer le moins possible.

Prenant racine dans les années 60 par l’intellectuel Ernst Schumacher, partisan du « small is beautiful ». Les low tech sont déjà très utilisées dans les pays les moins riches et permettent de réaliser de nombreuses choses sans consommer d’énergies fossiles.

Un changement de paradigme s’impose dans le monde industriel

il ne faut pas être devin pour s’apercevoir que les choses vont assez mal. En effet, le monde semble prêt à s’effondrer et les indicateurs de croissance sont au plus faible. D’ailleurs, cela rejoint les prédictions du Club de Rome qui annonçaient des bouleversements économiques, climatiques et sociaux majeurs au début du XXIème siècle.

Cela s’explique par la mise en production massive de nombreux objets manufacturés et d’une économie toujours plus gargantuesque qui ne demande qu’à croître.. Cela pose la question suivante. Faut-il continuer à produire comme nous le faisons aujourd’hui ?

Comment changer de modèle sans altérer de manière trop brutale l’économie mondiale ?

Low tech VS énergies renouvelables

Les low tech ne s’opposent pas seulement aux High tech, mais cassent aussi les croyances autour des énergies renouvelables. Prenons l’exemple du panneau solaire qui semble être la solution idéale pour entamer une transition écologique durable et moins dépendre du pétrole. Chaque panneau solaire demande d’aller chercher des minéraux rares pour fabriquer un objet qui aura une durée de vie très limité dans le temps avec un bilan carbone plus que discutable.

low tech

schéma low tech [source : wikipedia]

Bref, les énergies vertes ou renouvelables ne remettent pas en question le modèle productif actuel. Elles s’adaptent à un modèle déjà trop vieux pour ce monde trop usé. Les low tech proposent l’alternative d’utiliser des matériaux recyclés pour fabriquer une machine réparable, mais qui produira probablement moins.

Nous devons désormais nous adapter aux technologies pour éviter les catastrophes.

Les low tech sont-elles compatibles avec le monde de l’industrie ?

Le champ des possibles est très vaste lorsque l’on aborde la question des low tech. En effet, qui ne rêve pas d’une industrie plus verte, moins coûteuse en énergie carbone et avec des machines facilement réparable ?

Sauf que ce chemin demande forcément quelques sacrifices. En effet, la philosophie derrière les low tech ne mets pas en avant une consommation ostentatoire, une industrie vouée au toujours plus. La mouvance low tech s’inscrit plutôt dans une décroissance sereine en ne consommant que ce qui est nécessaire. Le défi est grand, la question se pose désormais aux industriels. Seront-ils capable de le relever ?

L’industrie de demain va devoir s’adapter aux changements qui modélisent le monde et apprendre à faire mieux avec moins. Les possibilités sont multiples et se situent quelque part entre biogaz, permaculture et DIY.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *